28/01/2008

61) Lecture des labyrinthes à travers l’histoire.

A) Le labyrinthe en Egypte antique.

 

Plan de lecture en n° 48

 

Bien que les Égyptiens aient inventé le labyrinthe avant le roi Minos, l'édifice bâti par eux a disparu. Il nous en reste quelques fragments comme celui d'un relief trouvé in situ représentant le pharaon agenouillé dans un bateau, ouvrant la porte d'un autel qui abrite un arbre sacré.

 

Mais il nous en reste aussi plusieurs descriptions enthousiasmées dont la plus complète est celle du géographe STRABON qui le visita peu avant le début de  notre ère. Ce labyrinthe s'élevait en bordure du fameux lac artificiel de Moéris et était flanqué à une de ses extrémités d'une pyramide construite par le pharaon AMENHEMAT III (XIIè dynastie, vers 1850-1800 avant JC). A remarquer que les Égyptiens donnaient à cet édifice le terme générique commun de "palais", qui valait autant pour une forteresse qu'un labyrinthe.  Ce "palais" immense et au toit plat possédait un nombre infini de salles réparties en 12 quartiers comme les 12 nômes égyptiens. Rappelons que le territoire égyptien était divisé en nômes administratifs.

 

Citons un contemporain de Strabon, DIODORE DE SICILE, qui prétend que le labyrinthe crétois n'est qu'une copie de celui du lac Moéris; Dédale a fait ses apprentissages en Egypte, comme beaucoup de Grecs :

"Dédale avait simplement imité l'enchevêtrement du labyrinthe encore visible en Egypte, construit longtemps avant le règne de Minos par le dieu Mendès, ou selon d'autres par le roi Marro…"

 

Je ne résiste pas à l’envie de donner une citation de ce que HERODOTE dit de ce labyrinthe dans son livre II de "Histoires : Euterpe" :

« Ce monument (le labyrinthe d'Egypte) fut construit par les douze Rois qui régnèrent en Egypte. Ils firent le labyrinthe un peu au-dessus du lac Moeris, près de la ville des crocodiles. Je l'ai vu et je l'ai trouvé plus merveilleux que je ne puis l'exprimer. Les plus beaux ouvrages des Grecs, y compris les temples de Samos et d'Éphèse, sont inférieurs à ce labyrinthe. Il y a dans ce merveilleux ouvrage douze grandes salles couvertes dont les parties sont opposées les unes aux autres. Six salles sont disposées au midi sur le même rang, six autres sont disposées au septentrion. Le même mur les environne par l'intérieur. Il y a trois mille chambres dont la moitié se trouve hors de terre et l'autre en dessous. Dans cette dernière se trouvaient les sépultures des Rois bâtisseurs et celles des crocodiles sacrés. Personne ne pouvait ni ne devait les voir. Pour les chambres situées sur terre, elles surpassent toutes les œuvres accomplies de la main de l'homme. Il y a des issues par les toits, des contours et circuits différents pratiqués dans les salles avec tant d'art que nous étions pris d'admiration. On passe des salles dans les chambres et de celles-ci dans les appartements. Les toits sont en pierre et les murs sont ornés d'ouvrages en sculptures. Chaque salle est bordée d'une colonnade en pierre blanche ».

Hérodote a vécu vers +/- 484 à +/- 425 avant J.C. durant l'occupation perse de l'Egypte.

Si l'Egypte antique n'a connu les pièces de monnaies qu'à une époque très tardive, les dessins labyrinthiques y sont pourtant bien présents, sur des sceaux et des tablettes dont nous pouvons voir deux schémas ci-dessous.

 

egyptologie 023

 

 

 

egyptologie 025

 

 

 

Les dessins labyrinthiques de certains sceaux se retrouvent sur les anses des vases de libation des tombes royales, ce qui est une indication supplémentaire du lien entre et labyrinthe et la mort chez les Égyptiens.


Le labyrinthe peut en même temps servir d’instrument initiatique et de système de protection.
Des labyrinthes ont étés construits pour établir et circonscrire un centre tout en le protégeant par les entrelacs qui le forment, dans les tombes Egyptiennes par exemple. Le plus ancien dessin labyrinthique égyptien connu a été trouvé à Memphis sur un fragment de sceau en stéatite; deux silhouettes humaines s’y font face à côté d’une sorte de spirale constituée de cinq tournants autour d’un centre. Les premiers monuments funéraires explicitement labyrinthiques apparaissent aussi en Egypte : ils sont entièrement conçus et construits pour que celui qui n’en connaît pas le plan s’y perde. Ainsi est mis en pratique une des fonctions du labyrinthe : interdire l’accès des tombes des défunts aux intrus, préserver le secret de leur voyage, garantir que nul ne viendra profaner les lieux ni dérober les objets qui s’y trouvent.

 

Si le sujet vous intéresse, je vous recommande deux livres :

Hérodote, Livre II, Euterpe, texte établi et traduit par Ph.-E. LEGRAND, aux éditions « LES BELLES LETTRES ». (Avantage pour ceux qui connaissent le Grec : texte Grec juxtaposé.)

 

egyptologie 016

 

Strabon, « Le Voyage en Egypte », préface de Jean Yoyotte, traduction de Pascal Charvet, et commenté par les deux. C’est un livre passionnant ! (Editions Nil).

 

egyptologie 018

 

Comme vous l'avez deviné par mes propos, les Égyptiens ont toujours étés en même temps très attachés aux plaisirs de la vie et en même temps des grands mystiques. Il y a en eux cette conviction - que je partage - que la vie sur terre n'est qu'un intermède dans une existence plus grande et plus vaste. Bien sur cette conviction est éprouvée par le doute de la mort.

 

Notre vie et nos particularités sont liés au labyrinthe et à la nasse de pêcheur desquels nous sommes appelés à sortir. Notre nom est signe de notre particularité. Achevons ce chapitre à propos du labyrinthe en Egypte avec la lecture d’un texte que j'aime beaucoup: c'est une véritable incantation à l'Ineffable, à 'Celui qui est caché', à la Lumière qui peut nous ramener à la vie. Ce texte évoque l’importance du nom.

 

Toi qui pars, tu reviendras

Toi qui dors, tu te réveilleras

Toi qui meurs, tu revivras

 

Gloire à toi, aux cieux élevés

A la terre spacieuse

Aux mers profondes

La nuit où l’on compte les années

Hommage te soit rendu

O Maître de clarté

Toi, le chef de la demeure spacieuse

Je suis venu à Toi avec un cœur purifié

Prête-moi tes lèvres pour que je parle par elles

Ravive mon cœur en ma poitrine en la saison des nuages et des ténèbres

Mon nom, qu’il me soit rendu

Dans la demeure spacieuse, que je m’en souvienne,

dans la nuit où l’on compte les années....

 

Réveille-toi, tu ne périras point.

Tu as été appelé par ton nom

Tu es ressuscité...

 

Thèbes, 21ème dynastie


Commentaires

je découvre ce texte,c'est troublant comme il aurait pu etre écrit après JC,dans notre ére...superbe tout ce que tu nous livre avec passion.je stoppe ma lecture,bisous,à bientot-

Écrit par : orphea | 02/03/2008

Répondre à ce commentaire

Labyrinthe de Gortyne Bonjour,

J'ai connu la Crète il y a 33 ans et y suis revenu depuis tous les ans.
En 1990, j'y achetais un modeste terrain et y restaurait une maison où je vis désormais définitivement, depuis trois ans, à Agii Deka, commune de Gortyne.

En 1993, j'ai entendu parler pour la première fois du "labyrinthe de Gortyne" sur lequel je travaille depuis 16 ans, le visitant et le faisant visiter, l'explorer, le resituant dans divers contextes...

J'ai souvent lu ce que vous écrivez sur les labyrinthes et ces lectures ont contribué à me mettre sur la voie de la découverte que je suis en route à communiquer partout...

Pour en savoir plus, consulter mon blog.... qui vous donnera moult détails... en attendant d'autres révélations...

Cordialement

Michel FOURNIER

http://mixalis.unblog.fr/

http://mixalis.unblog.fr/2009/08/07/une-source-du-mystere/

Écrit par : FOURNIER | 02/10/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.