16/06/2010

161) Le David de Michel-Ange (Voyage à Florence, 4)

161) Le David de Michel-Ange (Voyage à Florence, 4)

 

(Toutes photos copyright Eric Itschert)

 

david-1250
 

 david-1263

 

 

Cette semaine je vous présente quelques photos de copies du célèbre David de Michel-Ange à Florence. L'original de la statue, réalisé entre 1501 et 1504, se trouve dans la Galleria dell'Accademia depuis 1873, pour le protéger des intempéries. Il ne m'a pas été possible de le photographier. L'original a perdu sa belle patine d'origine lors d'une restauration malheureuse. Ce David mesure 4,34 mètres de hauteur, socle non compris.

 

Ainsi, la statue que l'on voit devant le Palazzo Vecchio, sur la Piazza della Signoria, est une copie en marbre en lieu et place de l'original. Il existe aussi une très belle copie de la statue réalisée en bronze vers 1865. Cette dernière se trouve sur la Piazzale Michelangelo, surplombant la vieille ville. Elle a été prévue spécialement pour cette place.

 

 david-1739

 

 

Le David de Michel-Ange,une prouesse technique.

 

Le David de Michel-Ange est tiré d'un bloc de marbre blanc de Carrare laissé à l'abandon. Ce bloc gisait « sur le dos » (1) dans une cour de l'Opera del Duomo. Deux sculpteurs (Agostino di Duccio et Antonio Rossellino) avaient essayé d'en faire quelque chose, sans y parvenir car le bloc avait trop de défauts. On reprochait à ce dernier d'être mal dégrossi, trop étroit et pas assez compact. Il présentait trop de veinures.

 

Or quand Michel-Ange reçoit la commande du David à partir de ce bloc de marbre qu'on fait redresser pour l'occasion, il parvient à tirer parti de l'étroitesse du bloc. Il contourne adroitement un des défauts du marbre : il creuse l'espace entre le bras droit et le torse dans une brèche qui affecte la pierre. Michel-Ange sculpte son David avec une fronde à la main, juste avant son combat contre Goliath. Les proportions du David sont étudiées en fonction de l'emplacement où la statue doit être mise : au sommet de l'un des piliers du Dôme de Florence. Pour cette raison, des déformations volontaires sont introduits dans la statue : les mains sont particulièrement grandes, car l'importance du geste de David ne doit pas se perdre en raison de la distance d'avec le spectateur. La tête du David et la largeur de ses épaules sont disproportionnées par rapport au reste du corps pour compenser la hauteur à laquelle le personnage allait être placé. Les hanches, elles, sont particulièrement étroites. Les trop nombreux commentaires stylistiques qui ne tiennent pas compte de cela me font bien rire, car ils analysent les proportions de la sculpture comme si on devait la voir presque à hauteur d'homme. Or ces déformations ne sont pas propres au David de Michel-Ange, elles sont récurrentes dans une partie de la statuaire devant être placée à grande hauteur (2). Pensons à Rodin beaucoup plus près de nous, qui sculptait aussi parfois certaines de ses œuvres en fonction de la place particulière qu'elles allaient occuper. Certains commentateurs parlent d'« adolescent » à propos de ce David uniquement parce qu'ils sont induits en erreur par la proportion de la tête. Or il s'agit bien d'un jeune homme fait. On se demande parfois où certains historiens d'art ont eu leur diplôme, peut-être qu'on en vend quelque part pour une modique somme ? Un autre commentaire qui m'a beaucoup fait rire estime que la jambe gauche du David est plus longue que sa jambe droite, et que c'est « d'une grande audace ». Bien sur, si un sculpteur inconnu avait introduit cet élément dans une de ses sculptures on aurait poliment dit qu'il y avait un petit défaut. Mais pour Michel-Ange cela aurait été « d'une grande audace ». C'est assez comique, car en fait il s'agit d'une illusion d'optique que vous retrouverez dans bien d'autres sculptures, dessins et peintures de nus reproduisant la même attitude : le poids du corps reposant principalement sur une seule jambe (la droite ici), il y a un déhanchement pour compenser l'avancée de la jambe gauche. Le pied gauche touche imparfaitement le sol. La ligne des épaules est penchée dans le sens contraire de celle des hanches, c'est ainsi que le corps réalise son équilibre harmonieux face à la pesanteur. Rien d'artificiel dans tout cela, aucune difformité, rien que du naturel ! L'axe de gravité du personnage est soigneusement respecté ! Les jambes sont parfaitement égales ! Si vous doutiez encore de mes dires, déshabillez-vous et allez devant un miroir. Prenez une image reproduisant la sculpture, et reproduisez exactement le même mouvement avec le même déhanchement. Vous aurez aussi nettement l'impression qu'une de vos jambes est plus longue que l'autre. Rassurez-vous, il n'en est rien. En tout cas, ce commentateur là ne connaît pas grand-chose de l'anatomie, et je me demande s'il a vu l'œuvre en vrai ! (Toujours la même chose, des commentateurs écrivant sur une œuvre sans l'avoir vue en vrai...). Toujours en raison de l'emplacement prévu pour la statue, il semblerait que son dos ait été retravaillé ultérieurement, quand le choix de l'emplacement se serait modifié (source : « les passeports de l'art, les sculptures de Michel-Ange » aux éditions Atlas) mais je n'ai pas pu suffisamment recouper cette dernière information. Quoi qu'il en soit, ce travail en deux phases n'entache en rien l'unité de la statue ni son charme...

 

En tout cas, les commanditaires de l'œuvre estimèrent que l'emplacement initialement prévu n'était plus envisageable. La grandeur du marbre et son poids énorme posaient des problèmes techniques de stabilité pour le pilier destiné à le recevoir. On dit aussi que certains se demandaient si la nudité du personnage n'était pas inappropriée en pareil lieu. Ainsi l'année de l'achèvement de la statue une commission composée de grands artistes florentins fut chargée de faire de nouvelles propositions concernant l'emplacement du David. A la demande de Michel-Ange, la sculpture fut installée devant le Palazzo Vecchio à la place de la Judith de Donatello. Celle-ci rejoignit l'intérieur du Palais. Le David fut officiellement inauguré le 8 septembre 1504. La statue devint le symbole de la république de Florence, régulièrement menacée par de puissants états rivaux. Son style et son emplacement devant le Palazzo Vecchio, siège municipal de Florence, y furent certainement pour quelque chose...

 

Cela serait un marbrier de Carrare qui aurait été le modèle de Michel-Ange pour son David. C'est en tout cas avec beaucoup de tendresse pour son modèle que l'artiste a réalisé sa sculpture, cela se voit dans le raffinement des détails tel les boucles de la chevelure, les traits du visage, les tétons, les poils, le bas-ventre...

 

 

 

David dans l'histoire biblique

 

Sous le règne de son premier roi, Saül, le peuple juif entra en guerre contre les puissants Philistins. Goliath, un colosse philistin, défia les Juifs : plutôt que d'engager une bataille générale, il leur suffisait d'envoyer un seul héros pour un duel avec lui. L'issue du combat déterminerait la victoire. Bien sur Goliath était convaincu de son invincibilité.

 

David était un jeune berger qui gardait les troupeaux de son père. Il aimait jouer de la harpe. Il était venu au camp juif pour apporter des ravitaillements à ses frères. Quand le défi fut lancé, il se porta volontaire. Sa foi en Dieu permit à ce frêle jeune garçon de terrasser l'immense et imposant Goliath. David le fit d'un jet de pierre de sa fronde. Puis il se saisit de l'épée de sa victime et lui trancha la tête. C'est ainsi qu'il apporta la victoire à son peuple. Il devint, à la mort de Saül, le second roi d'Israël. Contrairement à son fils Salomon, David était un roi simple. Il dansait et chantait devant l'arche d'alliance et s'accompagnait de sa harpe. Il avait composé les psaumes qu'il chantait, tout cela à la gloire de son Dieu bien-aimé.

 

Cet épisode du combat de David contre Goliath est tiré du premier livre de Samuel.

 

david-1740 

 

Mes impressions sur la statue du David de Michel-Ange.

 

Ce David est tellement célèbre qu'il est pratiquement devenu impossible d'encore l'examiner en toute objectivité, et, à plus forte raison, de le critiquer. Si on demande quelle est la plus belle statue de Florence on aura le plus souvent comme réponse « le David de Michel-Ange ». Mais je n'aime pas les poncifs. Je donnerai donc quand même mon impression, pour ce qu'elle est, une impression parmi d'autres. Ni plus, ni moins.

 

A première vue j'ai trouvé cette statue assez froide et univoque, malgré la prouesse technique exceptionnelle. Pour moi ce David est éloigné du David biblique : le David biblique est plutôt censé être un adolescent frêle, et pas un homme viril, puissant et musclé. Bien sur le David de Michel-Ange n'a pas non plus comme but d'évoquer le personnage biblique en tant que tel, mais plutôt en tant qu'allégorie politique, il doit être un symbole de la Florence victorieuse. En cela il est très réussi. Après la première impression je me suis dit que ma perception de la statue était faussée par l'angle de vue qu'on avait en la voyant. En prenant de la hauteur comme la copie sur la Piazzale Michelangelo, la statue retrouve son harmonie et son véritable charme. L'attitude du personnage, représenté avant le combat, sa simplicité (on identifie ce jeune homme à David uniquement parce qu'il s'apprête à lancer une pierre avec sa fronde, la courroie de la fronde passant au-dessus de l'épaule et le long du dos du personnage) et sa force en font une œuvre intéressante.

 

Pourquoi le succès de ce David ? Parce que son aspect et ses déformations correspondent aux nouveaux critères de beauté et d'identification d'une bonne partie de la population d'aujourd'hui, il est « moderne » en quelque sorte. Mince, musclé, un peu plat vu de profil, il a tout pour plaire aux jeunes générations... Quand à moi, je l'apprécie mais ce n'est pas ma statue préférée, et je n'aime pas trop son visage. Même si ce chef-d'œuvre de jeunesse de Michel-Ange fut un coup de maître et étonna tout le monde à l'époque.

 david-1664david-1666

 

 

(1) Un bloc de marbre doit être posé dans le même sens que celui qu'il avait lorsqu'il a été extrait du banc de pierre dont il provient. Sinon le bloc peut s'affaiblir. La statue finale devra donc, elle aussi, respecter ce sens. Si on entrepose une pierre « sur le dos », on l'entrepose à contresens, on la fragilise car on modifie les forces de compression dans la pierre.

 

(2) La statuaire dont le sculpteur n'a pas tenu compte de la hauteur où elle serait placée nous donne des personnages ramassés, massifs, trapus. Je donne en exemple une statue photographiée dans les jardins de Boboli.

 

 jardins-boboli-sculpture

 



 

 

Commentaires

David a un visage qui semble plus jeune que la maturité du corps vigoureux ,mais moins juvénil(me semble t-i) j'ai toujours trouvé une beauté foide,parfaite ou presque à ce marbre,ce qui le rend magique quelque part...une statue un peu hors norme.Mais je n'ai aucun oeil technique en la matière!
bises et belle soirée

Écrit par : adele.H | 16/06/2010

Répondre à ce commentaire

W Florence Eric, merci pour tes postes sur l'Italie, un pays que je connais bien!

Merci aussi pour tes reflessions et commentaires sur la statue: en effet, comme tu le dis, son role principale etait celui de SYMBOLE de la puissance de Florence et pas de seule reproduction "naturaliste" d'un corps...

Amitie,

Écrit par : Giacomo | 17/06/2010

Répondre à ce commentaire

Petit mot pour Adèle et pour Giacomo... Merci pour votre fidélité! J'aime vos commentaires, car c'est eux qui font vivre ce blog et qui m'encouragent à continuer à écrire. Soudain, quelques visiteurs ne sont plus anonymes et prennent un visage: vous entre autres! Une très belle journée à vous deux :)

Écrit par : Eric | 17/06/2010

Répondre à ce commentaire

bonjour suis fan du David de dos .....eh oui je trouve que dos et profil c'est une merveille ! je ne suis pas scumpteur mais j'apprécie cette sculpture plus que tout au monde et une petite reproduction....trone sur mon coffre je l'avais acheté il y a bien longtemps a Florence et ma foi a l'époque ce n'était pas l'usine...a reproduction....j'adore M ANge et son oeuvre globale et l'homme et sa façon de s'instruire pour etre au plus prêt de la réalité!!!
je pense mme avoir éprouvé le syndrome je Stendhal quand je l'ai vu en vrai ..tellemnt j'étais scotchée ...êt émue..., je ne pense pas retourner a Florence ....mon age et problèmes osseux
j'ai fais le coté face en pochoir, mais a ma manière sur une porte d'armoire dans ma salle de bain.
je voudrai faire maintenant de dos , mais je dois passer par un fabriquant de pochoir.....m'autoriseriez vous a lui envoyer votre photo pour leur servir de modeles car à l'époque ou j'ai pris les miennes c'était des diapos ....et j'ai du mal a trouver le verso entier
je vous remercie de toutes les manières de votre réponse....ou non

Écrit par : cloclo | 17/01/2011

Répondre à ce commentaire

j'ai oublié du coup de vous féliciter pour votre site et son contenu , les commentaires et les magnifiques photos ; bravo je vais y revenir souvent

Écrit par : clolco | 17/01/2011

Répondre à ce commentaire

Petit mot pour cloclo
Merci pour votre commentaire. Pour tout ce qui concerne la reproduction de mes oeuvres, vous devez vous adresser à la société qui gère mes droits, la Sabam. Vous tapez le nom de la société sur recherche Google, et vous la trouverez facilement. C'est une société belge. Amicalement,

Écrit par : Eric-le-peintre | 17/01/2011

Répondre à ce commentaire

merci pour votre réponse
cordialement

Écrit par : cloclo | 21/01/2011

Répondre à ce commentaire

merci je vais suivre ce mode d'emploi et encore félicitation pour votre oeuvre

Écrit par : cloclo | 21/01/2011

Répondre à ce commentaire

bonjour,
mon professeur d'arts plastiques m'a posé quelques questions sur la sculpture du "David".
j'aurais bien aimé savoir qu'est-ce que David tient dans sa main droite et gauche?

Merci d'avance !!! Et bonne année à tous !

Écrit par : elisa | 16/03/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour Elisa.

C'est sa fronde que David tient: si on observe bien le dos de la statue on remarque la lanière de la fronde allant d'une main à l'autre. C'est en quelque sorte une "arme secrète": en effet David semble se tenir nu et désarmé, la lanière de sa fronde étant cachée derrière son dos et la pierre qu'il utilisera étant repérée mais non encore ramassée. Ici encore il s'agit d'une image de Florence: attention, ne sous-estimez pas la force de Florence! Cela vaut la devise "Qui s'y frotte s'y pique" (voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Qui_s'y_frotte_s'y_pique_(Louis_XII)

Écrit par : Eric-le-peintre | 17/03/2014

bonjour. Intéressant votre analyse. Par contre, vous riez à la lecture de certains commentaires pourtant vous commettez vous aussi une erreur: vous parlez d'un jeune homme frêle et qui n'a pas à être musclé comme Michel Ange l'a fait. Certes il était jeune selon les récits bibliques (1 samuel 17 v33), mais je rie quand vous parlez de quelqu'un de frêle!! je cite la bible: 1 samuel 16 v12: jeune homme de belle apparence, v18: un brave guerrier, 1 samuel 17 v 34 à 36: David se battait contre les ours et les lions et les tuait à main nue!!!! alors, frêle vous me faites rire!
voilà!
merci tout de même pour vos commentaires

Écrit par : sophie | 05/02/2015

Répondre à ce commentaire

Bonjour Sophie,

Merci pour votre commentaire très instructif, et tant mieux si j'ai pu vous faire rire ;-)

Je suis toujours prêt à revoir ma copie, pour moi ce n'est pas un problème. J'aime comment Cicéron voit l’étymologie du mot religion: relire, sans cesse relire! J'aime aussi le livre de Patrick Levy "Le Kabbaliste", où les questions importent plus que les réponses.

David n'est-il pas devenu ce fier guerrier en sortant de l'adolescence? Beaucoup de jeunes ne passent-ils pas de ce stade d'adolescent où ils sont encore un peu féminins à la plénitude de l'âge d'homme? L'histoire n'est-elle pas plus forte si c'est un adolescent qu'affronte Goliath? Une telle lecture ne révélerait-elle pas avec plus d'humour la puissance d'Hachem? Je ne connais malheureusement pas l'hébreux mais je sais que la Bible permet plusieurs lectures...

Bonne soirée,

à bientôt chère Sophie!

Écrit par : Eric-le-peintre | 06/02/2015

Les commentaires sont fermés.