01/01/2011

182) Adonis

 

Adonis dans la mythologie grecque

 

 

 

Complété le 25 août 2014

 

Le nom Adonis vient du grec ancien Ἄδωνις, et trahit une origine orientale : on y retrouve la racine sémitique « Adon », « socle, base, fondation », qui donne une des métonymies de יהוה (YHWH) dans le Judaïsme : Adonaï, אֲדֹנָי, « mon/mes Seigneur(s) ». 

 

 

Adonis-nu-01.JPG

 

 

 

adonis,aphrodite,myrrha,louis bertolaAdonis est né d’un inceste entre le roi de Chypre Cinyras et sa fille Myrrha. La mère d’Adonis est si belle que le roi Cinyras la dit la plus belle de toutes les filles, la déesse Aphrodite comprise. Cette dernière en prend ombrage, et inspire à Myrrha un amour démesuré pour son père, d’où l’inceste. Ensuite, Aphrodite prend pitié de la jeune fille dont la vie est saccagée et la transforme en arbre à Myrrhe. Adonis, conçu lors des rapports incestueux, naît de l’écorce de l’arbre. L’enfant est si beau qu’Aphrodite le prend directement sous sa tutelle. Mais il fait très rapidement l’objet d’une dispute entre Aphrodite et Perséphone, qui ne peut pas non plus résister aux charmes de l’adorable enfant. Zeus est consulté pour résoudre la dispute. Le jugement de Zeus est le suivant : Adonis devra passer un tiers de l’année avec Perséphone, et un tiers de l’année avec Aphrodite. Pour le reste de l’année, Adonis sera libre de faire ce qu’il voudra. Aphrodite a plus d’un tour dans son sac, et aussitôt l’enfant devenu adolescent elle l’initie aux plaisirs merveilleux de l’amour. Sous le charme d’une passion irrésistible et d’une tendresse infinie ils ne peuvent plus se passer l’un de l’autre et ils deviennent des amants inséparables. Aphrodite est prise à son propre piège, provoquant la jalousie de son autre amant délaissé Arès. Un sanglier guidé par Arès tue Adonis lors d’une partie de chasse dans l’île de Chypre. Alors les larmes amères d’Aphrodite se mêlent au sang rouge d’Adonis. Sang et larmes se transforment en de multiples fleurs. L’anémone naît des larmes, et la rose du sang. Les eaux du fleuve Adonis se mettent à rougir. Heureusement Aphrodite obtient de Zeus la résurrection d’Adonis, qui sera partagé entre la vie sur terre à partir du printemps, et la vie sous terre en hiver… Ainsi le temps est partagé entre le dieu de la guerre Arès et le charmeur et doux Adonis. 

 

 

 

adonis,aphrodite,myrrha,louis bertola

 

Photos : sculpture en bronze de Louis Bertola au Musée des Beaux-Arts de Lyon : « La Première chasse d’Adonis », réalisée en 1927 (Inventaire H-2173).

 

 

adonis,aphrodite,myrrha,louis bertola

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Joli résumé de la version d'Adonis la plus célèbre, belle histoire! Mais dans certaine tradition mythologique reprise notamment par Shakespeare (Venus and Adonis) Adonis fuit Vénus. ici encore j'ai trouvé ces liens en théâtre français sur toute une pièce "Adonis":
Préfère-t-il vraiment la chasse à l’amour?
Quelle est exactement cette naissance incestueuse?

http://www.youtube.com/watch?v=KA60WwdBfz8

http://www.youtube.com/watch?v=kQY4MagUNjY

http://www.youtube.com/watch?v=8L7PFV8lLBc

The question: Que peut bien désirer Adonis, fils de l'inceste? Que, Qui, désire-t-il?

http://www.youtube.com/watch?v=4SD-tPJuqUo

Une histoire riche d'ambiguïtés... Tout le "complexe d'Adonis" que la psychologie travaille est à revoir de fond en comble. La naissance incestueuse notamment! Pas clair; pas simple.

Écrit par : KrikiStore | 28/09/2011

Répondre à ce commentaire

Le propre d’un mythe est de se modifier selon l’époque ou selon le peuple qui le raconte. C’est alors la preuve qu’il fonctionne, qu’un peuple se l’est approprié. Les modifications peuvent se faire tant en bien qu’en mal, selon la morale du lieu ou de l’époque. Malheureusement, comme les histoires et les contes, un mythe peut être perverti au cours du temps et son message peut changer jusqu’à son opposé ! Malgré le fait qu’il date un peu, j’aime le livre de Bruno Bettelheim « La psychanalyse des contes de fées ». Voir
http://www.livres-online.com/Psychanalyse-des-contes-de-fees.html
J’aime assez que des artistes s’approprient certains mythes (pour autant qu’ils ne les trahissent pas). Comme pour un tableau le mythe est d’autant plus riche qu’il nous permet plusieurs interprétations. J’ai personnellement réinterprété le mythe d’Icare, voir
http://itschert-eric-expose.skynetblogs.be/la-chute-d-icare/
Bien sur un mythe appartient d’abord à la collectivité, à la cité qui l’entretient, il en est un instrument de cohésion, pour le pire ou pour le meilleur. Ensuite le mythe se désacralise quand il ne sert plus de pierre fondatrice à un peuple. Le mythe permet un questionnement, un peu le même genre de méthode qui surgit dans le Midrash ou la Kabbale. Et dans un questionnement de ce genre, la question suivante apportée par une réponse est plus intéressante que la réponse elle-même, car nos connaissances doivent évoluer, rien n’est acquis dans cette vie.
Je ne puis donc apporter de réponses à vos questions, je ne puis que dire « je ne sais pas » ou apporter mes réponses. L’essentiel est que les questions soient posées.
J’aime la version où Adonis préfère l’amour. Préférer la chasse à l’amour est un modèle qui malheureusement redevient particulièrement fort dans notre société, on est loin du slogan 68ard « faites l’amour, pas la guerre », on est loin de Gandhi, on crèvera de la violence que notre société fait à elle-même et à la nature. On est à nouveau dans la haine du corps. On préfère thanatos qu’éros, il suffit d’ouvrir la télévision ou d’aller à une de ces expositions d’art contemporain mondain. Chasser peut être la peur de l’amour d’un être immature, une fuite.
Le questionnement sur la naissance incestueuse peut être fait à la lumière de notre époque, sans oublier les éléments du passé. L’inceste est un tabou qui sert à protéger la société. C’est la particularité des dieux que de pouvoir commettre l’inceste, malheur à l’humain qui emprunterait cette voie et malheur à sa descendance ! Certains pharaons d’Egypte antique et en particulier à l’époque décadente des Ptolémée en ont subi les conséquences désastreuses.
Comment Adonis peut-il résoudre le problème ? Chacun doit apporter sa propre réponse…

Écrit par : Eric | 29/09/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.