14/11/2011

197) Zwin N2, peinture à l’huile sur toile de lin

"Zwin N2", peinture à l’huile sur toile de lin

 

mer,zwin

 

« Zwin N2 », peinture à l’huile sur toile de lin, 80cm x 100cm. En bas : détail de la même peinture.

 

« Eric Itschert (…) peint la beauté au moment où celle-ci semble s’être immobilisée un instant… » (Roger Nupie)

 

« Souvent j’aurais aimé arrêter le cours du temps pendant un instant, comme on arrête la balle sur son envol en plein midi, juste pour prolonger un petit peu un moment d’intense bonheur. Mais après les interminables jeux avec le vent dans les voiles, les baignades nus dans la mer une fois le dériveur ramené sur la plage, les luttes ébouriffantes et les conversations sur le sable chaud, immanquablement la course du soleil déclinant venait nous rappeler le temps qui fuyait. L’éternité se brisait dans le feu du soleil couchant. Et une fois le soleil disparu, on s’offrait l’illusion d’être cet albatros volant très haut. On était lui surfant sur les courants montants d’air chaud. Lui avait la chance d’être encore dans le soleil, une fraction de temps de plus que nous. Le froid venant de la mer nous rappelait à l’ordre, c’était un froid sournois venant par en-dessous, il fallait remettre ses vêtements et quitter la plage. Notre bel été était grignoté d’un jour de plus… » (Carnets II, Eric Itschert)

 

nu,mer,le zwin,zwin

 

Commentaires

Ô temps suspends ton vol... et le ballon se figea entre terre et ciel comme dans un tableau surréaliste. C'est extraordinaire. Ce ballon suspendu capte toute l'attention. Il ne nous détourne et ne nous distrait pas pour autant des trois personnages, dont deux sont vraiment très beaux. Le troisième est loin mais on voit son reflet dans l'eau. Ce qu'on ne sait pas, c'est si ce ballon s'apprête à toucher terre ou, au contraire, rebondit. Cette sensation de temps arrêté est stupéfiante, impressionnante même. Pourquoi ça s'appelle "Zwin N2 ?"
Bonne soirée Éric, tu as raison : la vie est ainsi faite de moments heureux qui ne reviennent plus... Qui reviennent sous une autre forme ? A bientôt, bisou :-)

Écrit par : Thaddée | 14/11/2011

Répondre à ce commentaire

Petit mot pour Thaddée:
La scène du tableau pourrait se dérouler un peu partout à la mer en Belgique (celle que je connais le mieux). Pourtant j'indique le lieu exact, la plage de la réserve naturelle du Zwin, située sur la côte belge à la frontière avec les Pays-Bas. J'y ai passé des heures inoubliables à faire de la voile (voir le texte
http://itschert-eric-expose.skynetblogs.be/archive/2009/02/23/103-autoportraits-dedale-suite.html
) et à nager nu. A une époque c'était probablement l'unique endroit en Belgique où on pouvait nager nu le soir sans être dérangé ni déranger les autres. Le deuxième texte que j'y ai rajouté est une fiction extraite d'une série de nouvelles. Elle n'a à l'origine rien avoir avec le tableau, et pourtant ce qui m'a frappé c'est que histoire et tableau me ramenaient tous deux à ces jours heureux vécus dans le Zwin.
Merci pour tes commentaires toujours très constructifs, chère Thaddée :)

Écrit par : Eric | 15/11/2011

Répondre à ce commentaire

Me revoici Eric pour te remercier de ton inscription à la Newsletter. Je vois que tu as pris le temps de me répondre en détail :-) Ainsi le Zwin c'est le nom d'un endroit. Je m'arrête de nouveau devant ce tableau étrange et saisissant. "Cette balle au bond", c'est quelque chose qui me trouble infiniment. Parce qu'il y a une sorte d'immobilté dans le tableau, comme une "finitude", une perfection... et cette balle elle est interrompue dans un mouvement. Du coup je vois tous les possibles : elle va rouler contre le flanc du garçon blond. Ou plutôt passer entre les deux personnages. Elle me semble venir de gauche pour aller vers la droite. Mais tout est possible n'est-ce pas ? :-) C'est vraiment une peinture captivante. L'instrusion d'un élément fantastique (temps suspendu) dans un décor où tout n'est que quiétude est beauté. Tes bleus sont magnifiques. Voilà, encore un petit commentaire pour un très beau tableau. Bonne soirée à toi Eric, je t'embrasse très fort.

Écrit par : Thaddée | 16/11/2011

Répondre à ce commentaire

De retour... pour te demander si tu avais peint d'autres tableaux représentant un mouvement interrompu de façon aussi flagrante ? Passe un beau dimanche Éric, à bientôt :-)

Écrit par : Thaddée | 20/11/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour Thaddée, tu m'as posé une véritable énigme :D à laquelle il est difficile de répondre. J'aime ta question. Car selon la sensibilité de chacun il y aura d'autres de mes oeuvres qui représentent un mouvement interrompu de manière aussi flagrante ou bien non. Ce que j'aime dans ce tableau-ci c'est qu'il nous provoque en raison de cet élément à première vue incongru, une balle jaune "immobilisée" dans l'air, on dirait qu'elle flotte. Mais ce tableau-ci nous parle de tous les tableaux, de toutes les photos: dans tous les cas les mouvements sont interrompus, on ne peut malheureusement pas savoir ce qui se passait juste avant ni ce qui se passera juste après la scène! Même les nuages et les feuilles des arbres sont censées bouger dans un paysage. Un autre exemple: Alexandra qui nage sous l'eau dans une vignette de la colonne de droite de ce blog. Son mouvement est immobilisé, mais notre imaginaire la fait continuer à nager sous l'eau... Donc cela nous paraît normal, mais pas cette simple balle dans l'air! On peut compliquer les choses: on peut suggérer le mouvement, mais cela reste une illusion de mouvement. Dans la boîte à bijoux que je présente en
http://itschert-eric-expose.skynetblogs.be/archive/2011/07/26/190-le-lotus-les-poissons-et-les-iris.html
il y a la cascade sur la face avant de la boîte où l'accent est mis sur le mouvement: on perçoit d'abord les rubans d'eau, comparables à ce qu'on peut obtenir en photographiant une cascade avec un long temps de pose. Mais sur la face latérale droite de la boîte j'ai voulu à nouveau suggérer l'immobilité totale d'un phénomène: le ruban d'eau se termine en gouttes et ces dernières sont agrandies. Elles sont comme un instant en suspension dans l'air avant de disparaître, évaporées. D'ailleurs sont-ce vraiment des gouttes d'eau? Ta question amène toute une réflexion sur ce qui est l'essence même des tableaux figuratifs, leur magie qui nous conduit dans cette sorte d'éternité entre le lion d'hier et celui de demain (voir
http://itschert-eric-expose.skynetblogs.be/archive/2008/09/09/82-un-lion-sur-une-porte.html
"un lion sur une porte", le paragraphe à propos des lions encadrant Horus) Je t'embrasse, très bonne nuit!

Écrit par : Eric | 20/11/2011

Répondre à ce commentaire

L'énigme pour moi c'est ton tableau ! :-) J'ai lu attentivement ta réponse détaillée, j'ai lu également les deux articles que tu m'indiques dans ton commentaire et j'en reviens toujours à la même interrogation : un nuage, un bateau, même quelqu'un qu'on représenterait en train de courir, les pieds décollés du sol, seraient toujours moins "frappants" que cette balle au bond parce qu'on a l'habitude de voir toutes sortes de mouvements interrompus en peinture comme en photo. La peinture, la photo, figent nécessairement le mouvement. Mais toi tu l'as figé très audacieusement, en représentant cette balle non pas en train de rouler sur le sol, mais volant à travers les airs ! - et c'est cette audace qui donne à l'ensemble son caractère surréaliste. Sauf si l'on considère qu'elle a été poussée du pied par le personnage dans l'eau, à l'arrière-plan. Dans ce cas il n'y a plus intrusion d'un lancer de balle par quelqu'un hors du champ visuel. Tout se passerait entre les trois personnages. Et on peut imaginer que la balle passant près d'eux va attirer leur attention. Toute une histoire ce tableau !
Bonne nuit à toi aussi mon cher Éric, excuse mes élucubrations. Je crois n'avoir jamais regardé aussi attentivement un tableau de ma vie ! Je t'embrasse bien fort, à bientôt.

Écrit par : Thaddée | 20/11/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour Eric,

Ce que j'aime dans les oeuvres des peintres, c'est le bruit de leur pinceau lorsqu'il murmure les belles couleurs de l'instant. Les vôtres ont la beauté du jour et l'innocence de la clarté, elles donnent à la lumière le soin de caresser nos yeux jusqu'à nous émerveiller. Du moins, c'est moi qui le suis par l'expression de leurs sages créatures qui m'offrent d'aller les rejoindre sur le sable fin, mais loin de m'éloigner du rivage, ou de m'enfoncer dans un verbiage excessif, je donne à vos oeuvres une place de choix dans mon coeur sensible à l'épanouissement de la beauté silencieuse.

Avec toute ma sympathie, Jack.

Écrit par : Jack Maudelaire | 21/11/2011

Répondre à ce commentaire

Le garçon dégage une incroyable sensualité, on devine presque la caresse du soleil et la chaleur du sable sur sa peau. C'est beau !!

Écrit par : Jay | 16/12/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.