25/01/2014

261) Les heures chaudes de midi...

... dans une piscine au bord de la mer Méditerranée.

 

garçon,plonger nu,piscine,dans l eau,balle,rouge,bleu

'Aussitôt après un garçon plonge nu dans l’eau, et ramène la balle...' Aquarelle, © Eric Itschert

 

Cette fois je ne vais pas rompre le charme de cette aquarelle en donnant des détails techniques sur sa fabrication.

 

Imaginons plutôt une piscine en été, sur la cote méditerranéenne, quelque part à la frontière de la Camargue. La mer est bleue et limpide, et le soleil brûlant de midi est si lumineux qu’il fait cligner des yeux et rechercher l’ombre. Il n’y a pas un seul nuage. L’olivier, le pin, le chêne liège et le palmier sont les symboles emblématiques du jardin qui entoure la piscine. Un peu plus loin il y a des plantes rares et pourtant le paysage semble tellement familier...

Dans ce lieu magique, les apports incessants de plantes et de végétaux venus d’horizons lointains sont autant dus aux aléas des vents qu’à la main de l’homme.

La piscine est fraîche et d’autant plus accueillante qu’on peut y nager nu : aucun étranger à la demeure ne peut y pénétrer, fut-ce même par un regard indiscret. Le jeu du soleil et de l’ombre des arbres dans les reflets de l’eau est incessant. Soudain une petite balle rouge vif est projetée dans l’eau et un rire résonne. Aussitôt après un garçon plonge nu dans l’eau, et ramène la balle.

« C’est moi qui l’ai ! Viens me la prendre maintenant ! »

Le garçon profite de la fraîcheur de l’eau et attend joyeux au bord du bassin, son sourire est pétillant de malice. Il respire le bonheur de vivre, et aussi l’attente de jeux ébouriffants avant le repas de midi et ce si doux moment de la sieste... (1)

 

 

garçon,plonger nu,piscine,dans l eau,balle,rouge,bleu

 

Détail de l'aquarelle, © Eric Itschert

 

(1) Auparavant lier un écrit à une peinture était devenu tabou dans l'art mondain contemporain. Je constate avec plaisir que ce lien a été rétabli en maintes occasions. Moi je n'ai jamais cessé de lier une part de mon oeuvre plastique à des écrits, d'autant plus s'il s'agit de moments de vie... (sourire)

Toutefois chaque élément devrait pouvoir exister indépendamment l'un de l'autre. Je concède une exception pour "Histoire d'art et de pavés", où les parties visuelles (photo, dessins) et écrites sont intimement liées. Vive la liberté créative, tenons-nous loin des oukases édictés par certains critiques d'art à l'esprit étroit.