08/07/2014

272) Une nouvelle génération de peintures...

...conçues à l’ère du numérique

 

 

peinture,numérique,cerf-volant,jeune homme,corde,diptyque,couleur

peinture,numérique,cerf-volant,jeune homme,corde,diptyque,couleur

Diptyque « Le cerf-volant », © Éric Itschert / Sabam

 

Certains galeristes s’énervent quand ils entendent la phrase « mon enfant aussi pourrait faire ‘ça’ » Ils considèrent que c’est un poncif caractérisant le béotien inculte. Si dans certains cas c’est faux parce qu’en effet réducteur, dans d’autres cas c’est faux parce-que les enfants ont une liberté créatrice qui fait qu’ils réaliseraient beaucoup mieux que « ça » . Ce sont souvent les mêmes galeristes qui nous servent pourtant d’autres pensées prêtes à porter et tout aussi réductrices genre : « depuis que la photo existe on n’a plus besoin d’art figuratif ». On retrouve cette remarque ânonnée dans bien des académies, des magazines d’art et des livres sur l’histoire de l’art. Il y a l’art contemporain, et ce qui venait avant n’était que tentative de « copier » la réalité, préhistoire. Pour tout qui se passionne pour l’art sensible, il en est évidemment tout autrement.

Si la photo ne peut remplacer la peinture, je remarque que depuis l’irruption du numérique dans notre vie il existe une nouvelle génération de peintures. Beaucoup d’artistes vont partir de la photo pour la retravailler ensuite en peinture, d’autres partiront de la peinture mais seront influencés par le numérique. Prenons deux exemples au hasard, un dans la peinture de Valdés Camejo Rachel, « Game Over-Insert Coin », et un dans celle de Michael Carson, “Girl on beach”.

 

1) Game Over – Insert Coin

La peinture de Valdés Camejo Rachel, vulgaire, a beaucoup de succès dans le milieu de l’art contemporain mondain, qui adore s’encanailler de tout ce qui est trivial. Ce n’est qu’une série de collages de figures, le tout reproduit en peinture. Cela ne m’intéresse pas de savoir si oui ou non l’artiste a utilisé le moyen numérique pour réaliser ses œuvres. Dans tous les cas le résultat en donne l’impression. Si on va à une foire d’art contemporain mondain on verra plein de ce genre de peintures, sous toutes sortes de noms d’artistes. A la fin vous serez saturés d’une impression de déjà vu ; une lassitude profonde vous envahira comme après la n-ième publicité aperçue pour des jeans ou le n-ième Père Noël rencontré disant hohohooo... Autant alors aller voir des monochromes, c’est bien plus reposant pour les yeux. Une exposition sur le vide peut tout aussi bien faire l’affaire, vous aurez au moins l’occasion d’admirer le bâtiment où elle se tient.

 

2) Girl on beach

Mais il existe des travaux bien plus subtils, comme ceux de Michael Carson, pas ou peu connu. Même si on assiste ici à une peinture plus sensible, on la sent influencée par les formes que les images prennent sur le web.

 

3) Le cerf-volant

« Le cerf-volant » est un de mes projets. Il démarre d’une photo retravaillée numériquement, comme pour certaines de mes illustrations. Mes peintures habituelles nécessitent une démarche très différente, mais ici la volonté est d’essayer autre-chose.

peinture,numérique,cerf-volant,jeune homme,corde,diptyque,couleurCe diptyque est basé sur le contraste. D’une part il y a le jeune homme rivé à la terre, démêlant les cordes du cerf-volant, et d’autre-part il y a le cerf-volant naviguant librement dans le ciel. Le premier panneau est construit dans des couleurs terre, très nuancées. Dans le second panneau le bleu, dominant, évoque la pureté du ciel, et les couleurs du cerf-volant sont vives et contrastées.

 

 

 

 

Commentaires

Bonjour Eric

que ce soit de la photo retravaillée, une peinture réaliste abstraite etc... tous les expressions artistiques sont intéressantes
ce qui compte (pour moi) c'est que mes yeux soient ravis de voir...

le reste a chacun d'y trouver son compte

bon WE Eric
bises

Écrit par : nays | 11/07/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour nays,

J'aime ton coté très philosophe :D

Tu soulignes quelque-chose qui est aussi très important pour moi: dans l'art plastique, ce qui compte, "c'est que mes yeux soient ravis de voir"!

L'art contemporain mondain conceptuel fait croire aux gens qu'il est une "évolution" de l'art, mais en fait c'est un mensonge, c'est une RUPTURE d'avec l'art sensible. L'art n'intéresse pas les spéculateurs, il n'est qu'un prétexte à faire de l'argent au détriment des collectivités, des états, puisque ces derniers financent la machine mise en place (musées, culture, académies, remise d'impôts...). Dans l'art conceptuel il n'y a rien à voir, les yeux ne sont pas rassasiés, il y a juste des tonnes de textes indigestes si pas incompréhensibles pour servir d'écran de fumée à la spéculation: les CONCEPTS.

Mais moi je préfère manger un vrai curry de légumes avec du vrai riz plutôt qu'un concept de curry, je préfère aller nager dans de la vraie eau que de passer mon temps à des concepts de piscine ou d'eau :D
Et ensuite je préfère aller voir mon meilleur ami, boire un vrai thé sur une terrasse avec lui, entendre le vrai timbre de sa voix, admirer sans jamais m'en lasser son beau sourire et ses yeux rieurs, plutôt que de chatter avec lui sur Internet et de me contenter d'un écran et d’émoticônes...

Les concepts: c'est pour cela aussi qu'on aime tant Duchamp dans le milieu de la finance, tellement déconnecté du monde réel. Bien sur on parsème le tout de quelques œuvres figuratives, mais leur trivialité ne donne rien de plus à voir qu'une mauvaise affiche de cinéma Bollywood (il y en a de bonnes aussi :D )

Le milieu de la finance est déconnecté de la vie, il peut organiser une horrible famine en Afrique ou une abominable guerre en Asie tout simplement parce-qu'il est déconnecté de toute émotion. Un peu comme le criminel nazi Adolf Eichmann, toutes choses étant différentes par ailleurs: c'était un monstre tout à fait passe-partout, il n'avait pas l'impression de faire quoi que ce soit de mal, il se comportait comme un fonctionnaire modèle. C'était un personnage d'une banalité confondante, la seule chose qui ressortait était son total manque d'émotions.

Notre monde est gravement malade, l'humanité est le cadet des soucis de nos dirigeants. Heureusement qu'à coté de cela beaucoup de gens s'éveillent et prennent conscience de tout cela, ils commencent à vivre autrement...

VIVRE SIMPLEMENT POUR QUE SIMPLEMENT D'AUTRES PUISSENT VIVRE... (Ghandi)

Oui nays, je suis persuadé que l'art est toujours à l'image de son époque! Mais il y a des résistants, et je me compte parmi eux :D

En relisant mon texte je me dis que je le publierais bien un jour en note ;-)
Bisous, je te souhaite des percées de soleil ^^

Écrit par : Eric-le-peintre | 12/07/2014

Très-très intéressant ton parallèle entre la photo numérique et la peinture. Je n'ajouterai rien qui vaille mieux aux échanges de Nays et toi, je voudrais juste mettre un lien vers une photographe qui travaille tellement ses photos qu'elle arrive à quelque chose de complètement épuré qui n'a plus rien à voir avec une simple photo.
http://ilmioblogdiprova.over-blog.it/
Tu verras, c'est époustouflant !
Bisou comme d'hab' Eric et beau week-end (le soleil arrive :-)

Écrit par : Thaddée | 12/07/2014

Répondre à ce commentaire

Merci chère Thaddée pour cette excellente illustration de mes propos! C'est amusant, certaines photos ressemblent à des vitraux :D Je te souhaite une très bonne soirée! Bisous!

Écrit par : Eric-le-peintre | 13/07/2014

Les commentaires sont fermés.