27/11/2014

279) Faune très androgyne

Dessin passé à l'aquarelle, avec de la sépia et des terres

 

 

faune androgyne,sépia,satyre,ménade,dionysos,thyrse,thiase,faune nu,cratère,attique,figure rouge

 « Faune très androgyne », dessin aquarellé avec de la sépia et des terres, © Eric Itschert

 

 

Ce dessin fait partie de l’ancien carnet d’esquisses retrouvé. Il représente un faune androgyne. Dans la note précédente j’ai parlé de Faunus (mythologie de la Grèce antique). Faunus se marie avec Fauna, qui reprend les mêmes caractéristiques que lui, mais au féminin. Ils deviendront également connus sous les noms de Fatuus et Fatua, cette dernière sachant prédire l’avenir. Ils ont plein d’enfants qui deviennent les petits faunes, de toutes sortes et de toutes tailles.

Les faunes sont des demi-divinités, donc ils sont mortels. Tantôt ils sont représentés avec un corps entièrement humain mais avec une queue, tantôt on les représente moitié humains et moitié bouquetins ou boucs. Ils ont alors des cornes et des sabots. J’en donne quelques exemples ici-bas. Mes exemples sont tirés de l’iconographie de la Grèce antique. La distinction ne peut être faite entre faunes et satyres : dès l’introduction du culte de Dionysos ils feront partie de son escorte, nommée « thiase ». Dans cette escorte ils dansent avec les Ménades au son de la flûte, au rythme des tambourins et des crotales (sortes de castagnettes). Pourtant il y a de nettes différences entre les faunes : certains, à corps entièrement humain, sont doux et pacifiques. Mon petit faune androgyne en fait partie : je l’imagine doux, timide et solitaire ou commençant sa première idylle amoureuse avec l’un ou l’autre habitant des forêts. D’autres faunes ont leur part animale bien plus accentuée : ils sont lubriques et violents, ils agressent sans cesse les Ménades. Ce n’est pas par hasard si le Christianisme les a rangés parmi les diables : pour de bonnes raisons quand il fallait contrer des cultes païens violents, pour de mauvaises raisons quand il s’agissait de condamner tout culte étrange échappant au pouvoir en place. Les faunes représentent cette liberté sauvage dont les hommes ont peur, car trop souvent les hommes ne peuvent se maîtriser. La liberté ne peut se concevoir sans le respect des autres et la maîtrise de soi, sans la justesse et la compassion. Il suffit de voir le fonctionnement de notre société néo-libérale pour observer jusqu’à quelles catastrophes une liberté biaisée peut mener…

Si donc vous rencontrez un petit faune bizarre dans la forêt, ne le classez pas nécessairement parmi les diables, mais entamez le dialogue avec lui, aussi bizarre, aussi étrange, aussi étranger qu’il puisse vous paraître :D :D :D

 

1) La technique

 

Le dessin est d’abord réalisé au crayon graphite et à la pierre noire. Ensuite il est passé à l'aquarelle, avec de la sépia et des terres. Ce mélange de pigments bruns de densités différentes permet d’avoir des effets intéressants : les terres naturelles sont lourdes, alors que les terres artificielles sont déjà plus fines. La sépia est un pigment originaire de la seiche. C’est un pigment qui permet de faire de merveilleux lavis. La seiche est une sorte de céphalopode de la famille des calamars. Elle possède un organe, une poche, qui contient une encre presque noire. Elle s’en sert en cas de danger, pour projeter un nuage sombre contre son adversaire. Cela lui donne le temps de fuir. Cette encre donne un pigment brun très foncé. Un substitut artificiel de l’encre de seiche peut être fabriqué à partir de la noix de galle du chêne, mais ce dernier pigment a des caractéristiques légèrement différentes de l’encre de seiche.

 

 

2) Quelques exemples de représentations de faunes à l’époque de l’Antiquité grecque

 

A) Détail d’un cratère à décor dionysiaque dit « Vase Borghèse »

 

faune androgyne,sépia,satyre,ménade,dionysos,thyrse,thiase,faune nu,cratère,attique,figure rouge

 

Ce cratère a été réalisé vers 40-30 avant J.-C. dans du marbre pentélique. Il était destiné à l’ornement de jardins. Il a été découvert à Rome en 1569 dans les jardins de l’historien Salluste, auparavant propriétés de César. On l’appelle « Vase Borghèse » car en 1645 il fait partie de la collection Borghèse. Le satyre représenté joue de la double flûte ou aulos (αὐλός en grec). L'aulos est composé d’un double tuyau percé de trois ou six trous. A l’origine il est fabriqué soit en roseaux soit en bois. Il a une sonorité plutôt aigrelette.

Le satyre fait partie d’un thiase, escorte de Dionysos, et il a un aspect tout à fait humain sauf sa queue. 

 

 

B) Détail d’une amphore à figures rouges 

 

faune androgyne,sépia,satyre,ménade,dionysos,thyrse,thiase,faune nu,cratère,attique,figure rouge

 

Cette amphore attique en terre cuite et à figures rouges est actuellement visible au Musée du Louvre-Lens, dans l’exposition « La Galerie du Temps ». Ici encore le faune est à apparence humaine, il côtoie le dieu Dionysos. Dionysos est assis, de la main droite il boit du vin, et de sa main gauche il tient un thyrse (θύρσος), bâton analogue au sceptre. Sur le détail on peut encore voir deux Ménades, l’une tenant une torche et l’autre jouant au tambourin.

 

 

C) Détail d’une coupe attique à figures rouges

 

faune androgyne,sépia,satyre,ménade,dionysos,thyrse,thiase,faune nu,cratère,attique,figure rouge

 

Cette coupe en terre cuite est visible aux Musées royaux d'art et d'histoire à Bruxelles. Le détail montre une lutte entre une Ménade et un satyre beaucoup plus animal que ceux des exemples précédents. Le satyre est à moitié bouc, et ses avances pressantes sont repoussées sans ménagements par la Ménade. Les Ménades (du grec μαίνομαι, « délirer, être en fureur ») correspondent aux Bacchantes chez les Romains, elles sont tout aussi violentes que les satyres. Il existe toutefois des faunes bien plus civilisés, ainsi en est-il du dieu Pan apprenant à Daphnis à jouer de la flûte.

 

 

 

Peut-être aimerez-vous revoir ces autres dessins de faunes: 

 

 

J’ai toujours beaucoup aimé dessiner des petits faunes: en cliquant sur les vignettes ci-dessous, vous pouvez en revoir trois au détour de l’une ou l’autre note.

 

faune couronné,   12) Dessin d'un faune couronné

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

faune,dionysos,thyrse,faune nu    131) Esquisse de faune nu réalisée à Vienne (France)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   faune sylvestre,satyre,faune nu,dessin265) Faune sylvestre

 

Commentaires

bonsoir Eric

ah que j'aime les androgynes je les trouve si beaux et tu les dessines si merveilleusement

j'aime le dernier avec le délavé rouge et le profil du premier

bon WE Eric
bises*

Écrit par : nays | 29/11/2014

Répondre à ce commentaire

Bonsoir nays,
comme j'aime beaucoup les dessiner cela doit être une partie du secret de la réussite ;-)
Passe une très belle fin de soirée, bisous!

Écrit par : Eric-le-peintre | 29/11/2014

Wouah j'aime décidément beaucoup tes faunes! Ils sont trop mignons :-)

Écrit par : Andrea | 29/11/2014

Répondre à ce commentaire

Coucou Andrea,

Justement, j'ai toujours trouvé que j'avais la chance d'en connaître un en particulier, il a plein de charme et pose souvent tout nu pour moi.
Tu as surement deviné qui c'est :D

:-*

Écrit par : Eric-le-peintre | 29/11/2014

Bonsoir Eric, je ne suis pas très sûre qu’un accueil sympathique soit fait à cette créature si certains la croisaient dans nos forêts ; déjà qu’ils ont du mal à avec la réalité alors avec une créature fantastique .... Belles aquarelles et article très intéressant , passe une excellente soirée bisous

Écrit par : domi | 30/11/2014

Répondre à ce commentaire

Excellente remarque chère domi :D

Il y a encore quelques années des psychologues "normalisateurs" (heureusement tous les "psys" ne sont pas à mettre dans le même sac) auraient demandé à ses parents de soit lui couper le zizi et de lui faire un vagin artificiel, soit de lui couper les seins. Bien sur le petit faune aurait été jugé immature pour faire les choix lui-même. Le prétexte aurait été que sinon il risquait un traumatisme grave en raison de la non-adaptation à l'école et des moqueries des condisciples. On prétexterait que pour son évolution cela serait mieux. Pas un seul instant ces mêmes psys bien-pensant imagineraient que ces mutilations sexuelles seraient traumatisantes pour lui, et qu'il en garderait à tout jamais une vie sexuelle amoindrie. Le plaisir c'est une perte de temps et c'est mal. Imaginons qu'on ait raboté ses seins. Alors un religieux l'aurait circoncis car ce prépuce cela ferait désordre et sale. Après un autre religieux aurait exigé qu'on lui coupe ses cornes, car vraiment c'est un signe du diable ces cornes et un gamin pareil serait infréquentable. Enfin un troisième religieux, barbu et jaloux de la beauté des poils du faune, aurait exigé qu'on lui coupe la queue, car cela ne serait pas conforme aux préceptes reçus en direct par Dieu une queue. Pour parachever le tout les trois religieux le captureraient et exigeraient qu'on l'habille. De préférence avec un costume et une cravate. Cela serre trop au cou une cravate mais c'est le plus convenable. Selon eux se promener tout nu cela serait vraiment dégoûtant et immoral. :D

Heureusement les faunes savent se cacher d'êtres aussi malfaisants et sont toujours très étonnés qu'on les prenne pour des diables...

Bisous chère domi, passe une bonne fin de weekend!

Écrit par : Eric-le-peintre | 30/11/2014

toujours aussi bien dessiné
bravo
je te souhaite une très belle journée

Écrit par : jojo de radon | 04/12/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.