26/07/2016

323) Rituel pour apprivoiser le faune…

… en lui donnant à manger

 

Complété le 10/08/2016

 

Début de l'histoire

 

 

 

grimoire,carré magique,sceau,étoile,soleil,labyrinthe,alchimie,symbole,lumière,faune,vie,hachem,manger,source

"Durant la nuit texte et dessins se sont encore modifiés..."

 

 

Les premières chaleurs et l’été commencent. Iacchos et moi sommes perplexes devant la suite du grimoire. Durant la nuit texte et dessins se sont encore modifiés, on en est certain.

 

 

Le carré magique

 

 

- Eric, pourquoi est-ce que la constante de ce carré magique ne correspond plus au numéro de la page ? Et pourquoi nous est-il conseillé de ne pas l’utiliser, ni le premier sceau ? Pourquoi les avoir dessinés alors?

- C’est une des modifications du grimoire qui s’est opérée cette nuit. Ce grimoire est vivant, il s’adapte à ses utilisateurs. Le second sceau remplace le premier et s’est dessiné tout seul durant cette nuit. Voyons ce que ce carré nous raconte et pourquoi nous ne devons pas l’utiliser.  Comme je te l’ai dit précédemment, nous passons du plomb à l’or.  Ce carré s’appelle « le carré du soleil ».  Sa constante est de 111 et sa somme fait 666.  Trace en rouge un carré central comportant 4 chiffres, et fais-en la somme croisée.

- 16 + 21 = 37 et 15 + 22 = 37

- Parfait.  37 est le « nombre d’homme » (n2 + 1) de 6 soit (6 x 6) + 1= 37.  Divise la somme du carré d’ordre 6 par la somme croisée du carré central.

- 666 : 37 = 18

- Bien.  Remarque que tu peux y arriver autrement, par la valeur numérique développée de 666.    6 + 6 + 6 donne 18 ; 18 est le nombre de la vie en hébreu.

 

 

Le sceau déconseillé

 

 

- Voyons maintenant le sceau que nous ne pouvons utiliser : il y a redondance et ce n’est pas la première fois.  On y voit un soleil, un roi et un lion.  Dans cette configuration précise, à quoi ce sceau te fait penser ?

- A la richesse, au pouvoir et à la force.

- Penses-tu que l’alchimie vise réellement à transformer le plomb-métal en or métal ?

- En aucun cas, ce sont des symboles.

- Magnifique.  Je te renvoie à ce que tu m’as dit : est idolâtrie tout ce qui prend le symbole d’une chose pour la chose elle-même.  Le soleil est un symbole de la Lumière, mais il n’est pas la Lumière.  Je crois que ce carré et ce sceau ne sont pas là par hasard.  Ils nous mènent à la réflexion, ils sont avertissement.  L’utilisation de ce carré et de ce sceau nous sont déconseillés en raison de la voie que nous avons choisie.  Il ne nous reste plus qu’à trouver pourquoi.

 

 

Donner plus de vie au faune.

 

 

- Iacchos, ni toi ni moi ne voulons la richesse ou le pouvoir.  Une grande richesse se constitue toujours au détriment des autres et tout pouvoir exercé par un homme sur un autre homme est violence.  C’est pour cette raison que nous n’utiliserons pas ce sceau (1). 18 est le nombre de la vie ; or ce n’est pas nous qui avons donné vie au faune, c’est la source Hachem. Ni toi ni moi n’avons la prétention de créer un Golem. Et c’est pour cette raison que nous n’utiliserons pas ce carré magique. Ce grimoire contient des pièges, mais il a la gentillesse de nous avertir où ils sont. Nous donnerons à manger au faune non pas pour lui redonner vie, mais pour l’amener à plus de vie.  Le faune ne nous appartient pas.  Il sera libre et ne nous devra rien.  Utiliser le carré et le sceau déconseillé serait exercer un pouvoir sur le faune, et croire que sa vie dépend de nous.

111 est la valeur numérique développée de la lettre Aleph. Aleph est le début. Or nous ne sommes ni le début ni la fin de ce faune, seul Hachem sait.

En d'autres termes, 111 est la valeur de l’" Aleph déployé ". En effet, si on écrit Aleph en entier on aura Aleph- lamed- phé soit 1 + 30 + 80 = 111. Aleph est la lettre qui symbolise le divin car elle ne se prononce pas, elle n’est qu’un souffle léger. Sa graphie peut se décomposer en Yod, Vav et un autre Yod à l’envers. Le Vav qui sépare les deux Yod marque le passage entre le monde d’en-haut et celui d’en-bas et est comme un miroir entre les deux Yod. De plus, Yod + Yod + Vav = 10 + 10 + 6 = 26, valeur du Tétragramme sacré.

Aleph ne se prononce pas, elle n'est qu'un souffle léger: rappelle-toi le symbolisme de l'hiéroglyphe égyptien "neter", dieu issu de l'Un. L'Un, un souffle de vent qui fait bouger la bannière... 

 

 

Le second sceau.

 

 

- Seul Hachem sait ?  Tu parles par énigmes.

- Notre vie même est une énigme.  Nous ne savons pas d’où nous venons, et nous ignorons où nous allons.  Nous sommes des voyageurs.  Je crois que le sceau conseillé vient à point.  On peut le tracer devant une porte d’entrée de notre demeure et devant le faune en forêt de manière à créer un lien entre nous qui donnons à manger au faune et l’endroit où se situe le faune.  Je ne puis le tracer dans la rue à la porte de ma maison, alors je le tracerai dans le jardin intérieur devant la porte de l’atelier.  Et on créera un petit autel dans le jardin, au pied de l’ancienne enceinte de la ville près de la source. C’est génial, je ne voyais pas comment nourrir et abreuver quotidiennement le faune. Je me suis posé la question cette nuit et ce matin le grimoire nous offre l’outil pour le faire !  Iacchos, que vois-tu en observant ce second sceau ?

- Une étoile à huit branches.  Nous avançons dans la nuit et les étoiles sont poussières de lumière comme nous.  Elles nous aident et nous protègent.  Huit est le symbole du Christ.  Ensuite on entre dans un labyrinthe.  Mais… on n’en ressort pas, comment arriver au soleil après le labyrinthe ?

- Parce qu’une fois de plus ce n’est pas à un soleil extérieur que l’on doit arriver mais à notre propre centre.  Nous devons devenir ce que nous sommes réellement.  Le faune aussi.  Soleil, gloire, richesse et puissance ne sont que des leurres.  Le soleil nous trompe parfois en effaçant nos ombres, or nous sommes ombre et lumière.  C’est pour cette raison que certains disent que l’on voit mieux la nuit.  C’est avec amour et tendresse que nous nourrirons le faune, et nous prendrons cette entité sous notre protection.

- Si tu traces l’étoile à terre, est-ce que cela ne te choque pas de marcher dessus ? 

- L’étoile tracée à terre n’est qu’un pâle reflet de l’étoile dans le ciel.  Si tu marches sur ton reflet dans une flaque d’eau, est-ce sur toi que tu marches ?  Et si tu piétines ton ombre, est-ce toi que tu piétines ?  En marchant nous regardons trop souvent vers le sol, peut-être que l’étoile te rappellera qu’il est bon de lever plus souvent les yeux vers le ciel ?

 

 

grimoire,carré magique,sceau,étoile,soleil,labyrinthe,alchimie,symbole,lumière,faune,vie,hachem,manger,source

"Je le tracerai dans le jardin intérieur..."

 

 

(1) Ceci est la face sombre du symbole, en réalité tout symbole est ambivalent. La face claire du symbole, à un autre niveau, est le rayonnement de celui qui s'est libéré de toute forme d'esclavage intérieur. Rayonnement du soleil, mais aussi du Roi: le Roi est un homme qui, dans le sens étymologique du terme indo-européen dont le mot roi est issu, doit rayonner. Il est la "tête" du corps qui est le royaume. Dans beaucoup de contes juifs nous retrouvons ce thème où des esclaves deviennent rois, parce-que leur vraie origine leur est révélée. Nous sommes tous appelés à devenir Roi, à devenir Christ, à retrouver ce que nous sommes au fond de nous-mêmes. Les protagonistes de l'histoire sont conscients de cette autre dimension du symbole, mais ils savent aussi qu'ils ne sont pas encore parvenus à l'entière libération d'eux-mêmes. Ils sont dans un état intermédiaire: ils marchent dans le désert après avoir quitté "l'esclavage d'Egypte". Il serait donc périlleux pour eux d'utiliser ce sceau. Toujours à ce niveau, le lion est vu comme la force intérieure intégrée, le feu qui anime le Roi. Il remplace le bélier du dieu Agni...

 

 

Lire la suite de l'histoire...

 

 

Vous aimerez peut-être aussi:

 

Cliquer sur les photos pour lire les textes:

 

 

 

jeune homme,fauteuil,aquarelle,garçon,dessin260) Jeune homme dans un fauteuil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

garçon,nageant,eau,aquarelle259) Garçon nageant sous l'eau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

satyre,faune,sculpture,flûteSatyres et faunes

 

 

Commentaires

De bien jolies illustrations surtout la dernière qui me fait penser aux marelles que les enfants dessinent sur le sol dans les écoles pour atteindre le ciel sauf qu'il est vrai que j'hésiterai à sauter dessus tellement c'est beau ... quant au 666 :-) il a quelque chose de diabolique foi de sorcière bonne vacances si tu es en congés bisous

Écrit par : domi | 26/07/2016

Répondre à ce commentaire

Merci chère domi ;-)

En effet, le 666 éveille aussi de la méfiance en moi: on a été abreuvés aux mêmes sources chrétiennes durant notre enfance :D

Bisous, bonne journée!

Écrit par : Eric | 29/07/2016

bonjour Eric

vraies toutes les questions que l'on pourrait se poser..d'où venons nous que sommes nous ou allons nous...tant de mystères et vrai que ne devrions pas marcher les yeux au sol mais c'est aussi pour éviter certains obstacles ;)

euh les chiffres euhhh ... magnifique

douce journée Eric
bisous *

Écrit par : nays | 27/07/2016

Répondre à ce commentaire

Oui, les yeux au sol c'est parfois nécessaire, quand on a un chien dans son jardin par exemple ;-)

Bisous chère nays

Écrit par : Eric | 29/07/2016

Très belle idée que ce livre qui se réécrit durant la nuit et qui s'adapte à ses lecteurs. Un livre vivant, ça me plaît ! Un livre qui s'écrit tout seul, qui est à la fois l'oeuvre et l'auteur, ça donne à rêver ! Beau week-end mon cher Eric et dis-moi ... est-ce que tes dessins se redessinent tout seuls pendant la nuit ;-) ? Il ne manquerait plus que ça !

Écrit par : Thaddée | 30/07/2016

Répondre à ce commentaire

Coucou Thaddée, tu m'as fait bien rire!

Eh non, malheureusement (ou heureusement?) mes dessins ne se redessinent pas tout seuls pendant la nuit.
Des fois je me relève la nuit pour noter une correction à faire dans un mouvement ou une mise en lumière (modelé corps).

Que je peigne ou que j'écrive, j'ai pourtant souvent l'impression que lorsque je travaille un autre m'habite.
Le travail fini je me dis: ce n'est pas possible, ce n'est pas moi qui ai fait cela.

Mes dessins et ma peinture sont fluides, ils s'écoulent paisiblement. Par contre écrire est bien plus difficile, des fois c'est une souffrance car j'écris et ensuite j'efface la moitié!
Concernant cette histoire-ci, pas facile à lire je dois bien l'avouer, c'est comme s'il FALLAIT que je l'écrive.
Des images très fortes s'imposent à mon esprit, je suis habité par mon histoire.
Dans mes rêves il y a aussi parfois la clé d'énigmes posées dans l'histoire, énigmes dont je n'ai pas la réponse au départ.

Bisous, je te souhaite un bon travail...

Écrit par : Eric | 04/08/2016

Un bon passage

Écrit par : lemenuisiart | 01/08/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.