10/08/2016

324) Philosophie diurne…

… menant à la nuit.

 

Début de l'histoire

 

grimoire,sceau,michaël,nakhiel,rudolf steiner,soreth,archange,entité,esprit,phénomènes,carré magique,lynx,elohim,hachem

Les pages 20 et 21 du grimoire. © Eric Itschert

 

grimoire,sceau,michaël,nakhiel,rudolf steiner,soreth,archange,entité,esprit,phénomènes,carré magique,lynx,elohim,hachem

 

 

 

Iacchos veut tout savoir.

 

 

La journée avance et Iacchos veut tout connaître comme si sa vie future en dépendait.

 

"- Eric, il y a un sceau où on lit sur le côté « Mikha’el », un autre qui est celui de l’intelligence « Nakhiel ».  Ils sont repris page 20.  Puis il y a cet espèce d’oiseau sous le sceau de Nakhiel page 19.  Qu’est-ce que tout cela veut dire ?

- Iacchos, est-ce bien nécessaire de savoir ces choses ?  On n’en a quand même pas besoin ? "

 

Iacchos me lance un regard désapprobateur, indigné même.

 

 

 

Nakhiel

 

 

"- Bon, bon, je craignais de te lasser.  Michaël l’Archange, tu le connais, c’est le patron de notre ville.  D’autres mondes furent engendrés avant le nôtre, ainsi qu’une myriade d’entités, toutes liées au monde des phénomènes.  Dans ce monde tout est lié, rien n’existe par soi-même.  Même les anges n’existent pas par eux-mêmes, ils sont messagers de Hachem. Nakhiel (1) est « l’intelligence du soleil » ; il est gardien du soleil, aide de l’Archange. Rudolf Steiner (2) a une belle hypothèse sur la raison de notre existence.  Notre monde est une école.  On est loin de cette idée absurde et culpabilisante d’un quelconque péché originel, d’une faute, de l’homme disant « non » à Hachem.  Selon Steiner, Nakhiel est une force spirituelle et solaire qui ne doit pas approcher de trop près l’homme, car l’homme deviendrait trop vite pur esprit, sans avoir eu le temps de se développer grâce à la matérialité physique.  Il ne pourrait acquérir une conscience personnelle de lui-même, une conscience de son « Je ».

- Un pur esprit fait-il encore partie du monde des phénomènes ?

- Je n’ai aucune réponse.  On pourrait aborder cette question de manière quantique : absolument oui et absolument non ? Oui puisque manifestement certains esprits comme l’Archange influent sur notre monde… mais sont-ils alors véritablement purs esprits ? Non puisque un pur esprit s’identifie totalement à Hachem sans plus s’en séparer ?  Pour les bouddhistes, il existe le monde des phénomènes qu’ils appellent le samsara, et puis le nirvana qui n’est rien de ce que l’on connait.  Mais le Bouddha est revenu du nirvana pour enseigner en notre monde et y exercer une influence.  Et certains bouddhistes ne disent-ils pas que le samsara et le nirvana existent de toute éternité et s’appuient l’un sur l’autre, ne pouvant exister l’un sans l’autre ? Et est-ce que la vacuité ne résiderait pas ici même, dans le samsara ?

 

 

 

Soreth

 

 

- Et les petites ailes ?

- C’est encore un sceau lié au carré magique.  On le représente comme un oiseau, deux petites ailes ou deux lunes accolées, mais sous cette forme le sceau est incomplet.  C’est comme le hiéroglyphe égyptien du lion représenté coupé pour l’empêcher de nuire.  Ce grimoire est pour faire le bien.  En entier, le sceau c’est un oiseau sur une tige, et en bas de la tige il y a un crochet.  C’est le sceau de Soreth (1), l’ange qui régit l’esprit du Soleil.  La valeur numérique développée de Soreth est Samech, Vav, Resch et Thav, qui donne 60 + 6 + 200 + 400 = 666.  C’est un chiffre de sinistre réputation puisque c’est celui de la Bête dans l’Apocalypse de Saint Jean.

 

 

 

Michaël

 

 

- Et cela nous ramène à l’Archange Michaël.  Souviens-toi du mythe de la chute des anges.  L’Archange Michaël crie dans le ciel « Qui est comme Dieu ? »  Chaque ange qui annonce : "je suis comme Dieu" est abattu.  D’où le nom Michaël, « Qui est comme Dieu ».  Dire qu’on est « comme » c’est se mettre à côté, c’est se séparer par comparaison.  « Comme Elohim » s’écrit k-Elohim (khaf - aleph- lamed- hé- Yod - Mem =  666  puisque 20 + 1 + 30 + 5 + 10 + 600). C’est ce que dit le Serpent à Ève « Vous serez comme Elohim ». Et c’est le « comme » qui est en trop et qui donne la valeur de 666 … ! Il aurait donc dû dire : « Vous serez Elohim »."

 

L’étude du grimoire nous a mené au soir, et nous ne sommes pas parvenus à rassembler tous les ingrédients.  Iacchos piaffe d’impatience.  Est-ce dû à mon âge plus avancé, moi je ressens une certaine fatigue.

 

"- Iacchos, j’ai lu quelque part qu’un des pièges tendus par l’ange Soreth est l’intellect.  C’est un crochet qui nous capte et nous retient prisonnier.  Tout ce que nous pouvons émettre, sur ce plan, c’est des hypothèses.  Certes, le jeu avec les mots et leur valeur numérique nous pousse à réfléchir et à poser des questions.  Pourtant je crois qu’il est temps maintenant de quitter ce niveau et d’en aborder un autre.  La nuit nous portera conseil."

 

 

 

Vient la nuit…

 

 

Le soleil se couche et disparaît du jardin de l’antique demeure.  Le jardin est entouré de quatre côtés : du premier par l’hôtel de maître, du deuxième par une bâtisse plus basse abritant l’atelier et la bibliothèque, du troisième par un mur rescapé de la première enceinte de Bruxelles, du quatrième par une ancienne écurie dont seul le toit est restauré, attenant à un espace vide et couvert.  Ce dernier espace est entièrement construit en bois, à part le soubassement.  On accède par quelques marches à une terrasse en marbre blanc dont partent des amorces de piliers en marbre.  Les piliers se prolongent par du bois, soutenant une solide charpente. Iacchos se retire sur la terrasse pour méditer.  Ensuite, il s’exerce à rétablir le contact avec l’entité du lynx.  Son corps astral le quitte et va dans la forêt pour se fondre dans le corps de l’animal. Il intégrera les leçons du lynx, elles doivent l’aider au niveau de son évolution spirituelle.

 

La nuit envahit le jardin, les formes sombres des arbres se détachent sur un ciel bleu nuit illuminé de milliers d’étoiles.  La lune se lève.  Elle est pleine et inonde le marbre blanc d’une tache claire qui ruisselle du sol sur les marches et s’étend dans une partie du jardin.  Je devine la silhouette gracieuse de Iacchos assis en lotus sur un coussin.  C’est la dernière image que j’emporte avec moi avant de m’endormir.

 

 

 

jardin,chardon,soir

 

 

(1) Nakhiel est parfois aussi écrit "Nachiel", et Soreth s'écrit aussi "Sorath", mais je reprends l'écriture qui se rapproche le plus près des noms hébreux originaux. Je remercie particulièrement Anne et Max pour l'aide qu'ils m'ont apporté pour tous les passages en hébreu. 

(2) Pour connaître un peu plus la pensée pour le moins originale de Rudolf Steiner, on peut se référer aussi à la revue "Perspectives", ou tout simplement cliquer sur le site de l'Institut Rudolf Steiner a.s.b.l. 

 

 

Lire la suite de l'histoire...

 

 

Vous aimerez peut-être aussi:

 

Cliquez sur les images pour voir les notes:

 

 

grimoire,sceau,michaël,nakhiel,carré magique,rudolf steiner,soreth,archange,entité,esprit,phénomènes,lynx,elohim,hachem323) Rituel pour apprivoiser le faune

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jeune homme,fauteuil,aquarelle,garçon,dessin260) Jeune homme dans un fauteuil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

satyre,faune,sculpture,flûteSatyres et faunes

Commentaires

bonjour Eric

j'avoue que je m'y perds...compliqué :)

sublime ta photo ce ces petites merveilles qui ont tant de mal a survivre...

bonne journée Eric
bises ☺☺

Écrit par : nays | 11/08/2016

Répondre à ce commentaire

Coucou chère nays,

Eh oui, avec toute cette pollution ce n'est pas évident! Et puis tous ces enfants qui disent "je ne crois pas aux fées", cela crée un vrai carnage parmi les fées.
Certes, cela ne les tue pas comme écrit dans "Peter Pan", mais cela les affaiblit considérablement!
Bisous, passe une très belle journée!

Écrit par : Eric | 11/08/2016

Comment? Je n'ai pas commenté cet article? Pourtant je me souviens bien des petits êtres elfiques jaillissant des racines entrelacées. Quoi de plus parfumé que ce berceau naturel rembourré de mousses odorantes et de lichens épicés. Quel petit nid douillet pour ces êtres fragiles en marge de la réalité! Je vais découvrir la suite de ce pas...

Écrit par : Thaddée | 11/08/2016

Répondre à ce commentaire

Coucou Thaddée,

A mon tour j'ai essayé de faire un copier-coller de ton beau texte mais cela ne fonctionne pas, j'ai du le recopier manuellement. Bizarre affaire!
A suivre...
En attendant je te souhaite une très bonne journée, bisous!

Écrit par : Eric | 11/08/2016

Salut Thaddée,

J'ai pensé à toi en découvrant ce lien, le connais-tu?

https://www.edilivre.com/deposez-votre-manuscrit.html

Écrit par : Andrea | 11/08/2016

Ah oui bizarre ... Oui "edilivre" je connais, je n'ai pas eu que de bons retours du coup je m'abstiens. Pour l'instant je suis sur TheBookEdition et je ne perds pas l'espoir de me faire publier un jour par un vrai éditeur mais le temps passe ... Ce que j'aime tes parchemins, celui qu'enflamme un ibis rouge (est-ce un ibis ? ), le visage du garçon qui se fond dans la texture du papier, c'est à la fois fort et doux, j'adore ! Bon dimanche dans ton pays de rêve mon cher Eric ;-) je t'embrasse !

Écrit par : Thaddée | 14/08/2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour Thaddée,

oui c'est bien vu: c'est un ibis rouge, donc un oiseau en provenance d'Amérique subtropicale:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ibis_rouge
Tu t'y connais ma parole!

Dans la symbolique de certains nouveaux blasons de l'époque coloniale, cet oiseau remplaçait les représentations habituelles du Phénix...

Je te souhaite une très belle journée!

Bisous

Écrit par : Eric | 16/08/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.