19/10/2017

401) Une question délicate

Iacchos est-il possédé par un faune ?

 

Début de l’histoire…

 

 

 

iacchos,faune,satyre,possession,rouleau magique,rouleau protecteur,éthiopien,dessin,aquarelle,lutea,entité,être,daimon,daïmôn,forme pensée

« Es-tu possédé par un faune ? » Possession et/ou protection contre la possession, rouleau magique éthiopien, 21ième siècle, aquarelles végétales Lutea, © Eric Itschert.

 

 

Iacchos rit :

 

« - Je crois deviner ta question, et je sais déjà où elle va nous mener… »

 

Iacchos lit en moi comme dans un livre. Il sait qu’après la question invraisemblable suivra une vraie question, et il connaît déjà cette dernière.

 

« - Iacchos, es-tu possédé par Sylvain Karadec, le faune que tu nourris et protège ? Dois-je te confectionner un puissant rouleau protecteur ?

- Eric, cher Inquisiteur d’un moment, pourquoi me poser cette question alors que tu n’y crois pas un seul instant ? Je ne suis possédé par personne, tout au plus est-ce moi qui me glisse dans le corps d’animaux le temps d’une journée ou d’une nuit. Promis, cette fois je te répondrai franchement à la question qui t’importune tant.

- Je te l’ai déjà posée ce printemps (voir 319, deuxième digression), et tu m’as demandé d’attendre avant de répondre. On est en été maintenant, ne t’ai-je pas suffisamment prouvé ma confiance en toi ? »

 

Les yeux de Iacchos sourient, il se roule un instant sur le côté pour m’embrasser furtivement. Sa chaleur m’enveloppe, son lingam tendu frôle ma peau et se colle contre ma hanche. Un bref instant une image et une odeur s’imposent à mon esprit. Le soleil du matin sur les draps blancs et froissées du lit de Iacchos, son corps brun et nu mis en valeur par cet écrin de vagues blanches, des fragrances fauves parmi lesquelles une légère odeur de fleur de châtaigner, et c’est cette dernière qui me trouble le plus. J’ai laissé place à cette image, elle m’envahit, le souvenir de cette odeur aussi. Ce n’est pas très malin car je me retrouve dans le même état que lui. Je me couche sur le ventre et je laisse mon Iacchos rieur qui a tout vu se remettre sur le dos avant de poser ma deuxième question.

 

 

La deuxième question.

 

 

 

iacchos,faune,satyre,dessin,aquarelle,faune couronné,amour,entité,être,daimon,daïmôn,forme pensée

« - Pourquoi veux-tu te changer en faune ? » ‘Faune couronné de roses’, crayon, encre blanche et aquarelles professionnelles Winsor & Newton sur papier chiffon, © Eric Itschert

 

 

« - Pourquoi veux-tu te changer en faune ?

- Je ne veux pas me changer en faune, je le suis déjà ! Je suis et garçon et faune. Iacchos ! As-tu oublié ce que mon nom signifiait ? Et quand je dis que je me glisse dans le corps d’un animal, c’est une métaphore. Je suis animal, toi aussi tu es animal, cette part en toi tu ne peux la nier. Nous formons des ensembles non fractionnables en cette vie, corps, esprit, âme, énergie, et tant d’autres choses encore. Quand je dis que je me métamorphose en faucon, je devrais plutôt dire que je réalise mon état de faucon. Je le fais exister. Mais qui comprendrait cela ? Et puis je me sens tellement bien dans mon corps de garçon… Je veux pleinement réaliser mon état de faune. J’aime cette part animale en moi, je la nourris pour en profiter au maximum, j’en jouis tous les jours. Où est le mal ? Un faune ne fait de tort à personne. Arrêtes de t’inquiéter pour moi. Je connais ta bienveillance, mais aussi l’éducation austère que tu as reçue. Rassure-toi, je contrôle. »

 

Soudain le regard de Iacchos croise celui de la petite elfe. Il détourne son regard vers moi :

 

« - Tu as vu, notre petite gardienne est toujours là. »

 

Iacchos et moi avons un langage codé que seul nous comprenons. Il nous sert à communiquer quand on veut éviter les oreilles indiscrètes. ‘Gardien’ est un mot d’alerte.

 

« - Le Fils de la Lune a une mine épatante. Il rayonne d’énergie. Ces derniers temps il demande si souvent à son Initiateur de le délivrer…

- Rien n’est plus doux qu’une autre main. Malgré ses périples et ses découvertes, le Fils de la Lune aime revenir à la naissance de ses premières sensations et à son Initiateur. Et puis il y a son lien avec le Tantrisme de la Main Gauche. Comme en Yoga, il faut faire de l’exercice. En Inde le Fils de la Lune devient une incarnation de Shiva. Bientôt il aura besoin de toute cette énergie. Crois-tu qu’il est égoïste ? »

 

Soudain je me sens rassuré. Iacchos me communique bien plus par la suggestion que par les mots. L’énergie est augmentée pour des buts bien précis. Et puis il y aura Noam, qui promet d’être insatiable…

 

« - Non Iacchos, le Fils de la Lune n’est pas égoïste. Il a des passages narcissiques – il peut s’aimer toute une nuit comme au plus fort de l’adolescence - et en même temps il est prêt à partager sans compter avec les êtres qu’il aime. Il ne connaît pas la jalousie qui détruit. En cela aussi il a pu s’intégrer parfaitement au foyer qui l’a accueilli. Iacchos, excuse-moi, je n’aurais pas dû te poser cette question.

- Bien au contraire, entre nous il ne doit y avoir aucune ombre. Il me fallait juste du temps pour te répondre. Le temps que tu te familiarises avec le monde des entités. Car à la suite de ta deuxième question il y en a une troisième… Pose-la »

 

Iacchos suit pas à pas ma pensée telle qu’elle se développe. C’est magique. Est-ce cela l’amitié?

La petite elfe, elle, a disparue. Est-elle sujette à la jalousie comme la plupart des êtres humains ?

 

 

La troisième question.

 

« - Oui Iacchos, à dix-huit ans tu semblais en avoir seize, et maintenant à vingt-cinq tu sembles en avoir dix-huit. Tu ne vieillis donc pas ? Je t’avoue que cela me trouble parfois, en plus de ta beauté et de ta santé.

- Cela te trouble, mais au moins tu es prêt désormais à recevoir la réponse. Tu es dans l’amour véritable qui accueille et comprend tout de l’être aimé. Ma beauté tu y goûtes quand tu veux, un seul mot de toi et je me déshabille, tu la célèbres dans ta peinture et tes dessins. Pourquoi être troublé par l’émotion qu’elle suscite en toi ? N’est-ce pas une émotion agréable ? L’elfe est partie, retourne-toi, toi aussi tu es beau ainsi et j’ai très envie de te voir.

Jusqu’il y a peu tu croyais qu’on avait tous deux créé les entités que nous avons rencontrées dans la forêt. Que c’était de l’autohypnose. Que c’était de simples illusions qui allaient disparaître aussitôt qu’on aurait le dos tourné, selon l’idée que les choses n’existent que tant que nous les observons. Bien sur ce n’est pas faux, mais en même temps les choses et les êtres sont bien plus complexes que cela. Une fois créé, même sous la forme-pensée la plus élémentaire, l’être devient indépendant de nous. A chaque instant, nos décisions créent des milliards d’univers potentiels, de mondes parallèles, dans le passé, dans le futur, dans le présent, c’est pareil !

Ensuite il y eut ce que tu as appelé ‘des hallucinations collectives’ dans la forêt. Ton esprit luttait encore contre l’évidence.

Mais depuis qu’on a renvoyé le Daïmôn-page à la Lumière, tu ne peux plus douter de l’existence réelle des faunes et des daïmôns. Il y a eu trop de témoins, et pas des moindres. Ils ne sont pas de nature à se laisser leurrer. On est plusieurs à avoir vu ces entités. Eric, crois ce que tes yeux voient.

Poser cette troisième question, Iacchos, tu ne vieillis donc pas, c’est y répondre… »

 

 

 

Lire la suite de l'histoire…

 

 

Vous aimerez peut-être aussi:

 

Cliquer sur la photo pour voir la note:

 

 

339) Un arbre du jardin reste étrange.

 iacchos,faune,satyre,possession,rouleau magique,rouleau protecteur,éthiopien,dessin,aquarelle,lutea,fleur de châtaigner,lingam tendu,faune couronné,trouble,amour,entité,être,daimon,daïmôn,émotion,forme pensée

 

 

Satyres et faunes

iacchos,faune,satyre,possession,rouleau magique,rouleau protecteur,éthiopien,dessin,aquarelle,lutea,fleur de châtaigner,lingam tendu,faune couronné,trouble,amour,entité,être,daimon,daïmôn,émotion,forme pensée

 

 

279) Faune très androgyne…

Et plein d’autres satyres et faunes…

faune,satyre,entité,être,androgyne,forme pensée

Commentaires

Chic alors! Tu n'as pas censuré mes améliorations de ton texte.

Bisous!

Écrit par : Andrea | 19/10/2017

Répondre à ce commentaire

Est-tu sur que ce sont des "améliorations" ? :-p

Mais je ne voulais pas brider ta créativité :D

Bisous, que ta soirée soit belle!

Écrit par : Eric | 19/10/2017

bonjour Eric

on y ressent beaucoup de tendresse je trouve..quand on aime on ne vieillit pas

bon WE Eric
bisous ☺

Écrit par : nays | 20/10/2017

Répondre à ce commentaire

Coucou chère nays,

J'aime beaucoup cet adage 'quand on aime on ne vieillit pas' ;-)

Bisous, passe une très bonne fin de soirée!

Écrit par : Eric | 25/10/2017

Tes illustrations sont très belles un petit faible pour la première j'aime bien les couleurs et les dessins ils me font penser à l'art péruvien :-) je te souhaite une excellent week-end bisous

Écrit par : domi | 28/10/2017

Répondre à ce commentaire

Bonsoir chère domi,

En effet, c'est étrange parfois comme il peut y avoir des ressemblances entre des formes d'expression nées à des milliers de kilomètres de distance!

Passe une bonne soirée.

Bisous!

Écrit par : Eric | 01/11/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.