17/02/2009

102) Autoportraits, Dédale

Autoportrait en Dédale

 

 daidalos_0009

« Dédale », panneau d'un diptyque. Huile sur toile de lin, chaque panneau mesure 100cm x 70cm. Ariane a dénoué ses cheveux, Dédale est allongé sur le sable. © Eric ITSCHERT

 

Je reviens sur ce panneau dont un détail a été abordé précédemment. Le panneau du jour porte le nom de « Ariane » et le panneau de la nuit porte le nom de « Dédale ». Il n'est donc pas question de Thésée. Ceux qui ont parcouru le labyrinthe du blog savent pourquoi. Ariane est celle qui reçoit des indications de Dédale pour savoir comment sortir du Labyrinthe, Dédale en est le constructeur qui y est enfermé à son tour avec son fils. Dédale ne peut utiliser le moyen donné à Ariane pour fuir le Labyrinthe, cela ne fonctionne qu'une fois.

 

autoportrait,dédale,huile sur toile

 « Dédale », détail du panneau. Pour avoir l'explication du nautile et de la fourmi, cliquez sur l'image. © Eric ITSCHERT

 

Il y a quelque temps, j'ai reçu un courriel d'un copain qui me demandait qui avait posé pour le garçon du tableau. Habituellement je ne réponds pas à ce genre de question. La vie privée de mes modèles doit être respectée. De plus, beaucoup de personnages de mes tableaux sont inventés de toute pièce, ils n'existent pas en vrai. Mais tout cela, mon copain le sait. Il me connaît depuis longtemps et il a parié que je ferais une exception pour ce personnage-ci.

 

Comme sur beaucoup de mes peintures, je me suis pris moi-même comme modèle. C'est la chose la plus facile : un miroir, de vieilles photos ou un appareil photo numérique et tout est prêt. Je ne dois pas téléphoner, je ne dois pas attendre de rendez-vous avant de pouvoir travailler. Je ne dois ni signer de contrats ni entreprendre de tractations pour savoir ce que je peux faire et pas avec les images. Enfin, ne dit-on pas que beaucoup de peintres sont narcissiques ?

 

 

autoportrait,fourmi,symbolisme,ariane,labyrinthe,dedale

 

 bl-dédale 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toutes photos et texte © Eric ITSCHERT

 

(à suivre...)