11/12/2014

281) Ombre récalcitrante…

…ombres aberrantes et esprits contrariants

 

 

ombres aberrantes,dessin à la plume,eros,gay,shouyt,esprit contrariant,ombre

« L’ombre récalcitrante», dessin à la plume métallique et au stylo-plume à bout rond, © Eric Itschert

 

1) Le titre

 

Ce dessin à la plume a été retrouvé dans le carnet d’esquisses dont j’ai parlé dans une note précédente. J’ai toujours aimé les esprits rebelles. Beaucoup de mes travaux ‘à coté’ de ce qui est prévu pour des expositions traitent d’une manière ou d’une autre de révoltes. Certes ces révoltes sont farfelues.  Car après tout, il ne faut pas se prendre trop au sérieux, surtout quand on joue.

« L’ombre récalcitrante » est le premier titre de cette petite esquisse, le second titre est « Coup de foudre ». Eros, réduit à l’état de statue immobile dans une civilisation devenue froide et inhumaine, tombe amoureux d’un jeune passant. La seule façon d’attirer l’attention du jeune homme est de croiser son ombre avec la sienne… Pour l’occasion Eros devient gay. Il contrevient ainsi doublement à la ‘bienséance’.

 

 

2) Des photos dans la même idée

 

Plus tard j’ai réalisé quelques photos avec des ombres rebelles, dont celle-ci qui présente le même titre que le dessin. Je la choisis parmi d’autres (ombre ivre, ombre évaporée, etc…) en raison de sa similitude avec le dessin. Cette photo montre ce qui pourrait être un couple avec un enfant. Mais un des personnages a décidé d’aller dans une direction contraire aux autres, ceux qui ont une ombre ‘normale’. Aller dans une direction contraire à celle indiquée par les autres, c’est aussi le thème de la deuxième photo que je vous montre aujourd’hui : « Esprit contrariant ».

 

 

ombres aberrantes,dessin à la plume,eros,gay,shouyt,esprit contrariant,ombre

 « L’ombre récalcitrante», photo numérique retouchée, © Eric Itschert

 

 

ombres aberrantes,dessin à la plume,eros,gay,shouyt,esprit contrariant,ombre

 « Esprit contrariant», photo numérique, © Eric Itschert

 

 

3) Histoires d’ombres

 

Comme déjà expliqué dans la note sur Faunus, on peut reconnaître un dieu par le fait qu’il n’a pas d’ombre. Mais des tas d’autres créatures pas toujours très recommandables n’ont pas d’ombre non plus : c’est une des caractéristiques des vampires.

Pour un homme il est terrible de perdre son ombre, car on ne peut plus avoir de vie sociale normale. Un exemple est l’histoire fantastique de Peter Schlemihl. Il accepte de vendre son ombre au diable. Le diable compte bien échanger l’ombre contre l’âme de cet homme, une fois que celui-ci aura réalisé toute l’horreur de sa situation. Pour la fin de l’histoire il suffit de cliquer sur le lien.

Je me souviens d’une autre nouvelle fantastique ("L'Ombre" de H. C. Andersen) où l’ombre d’un savant devient petit à petit indépendante. Au début l’homme maîtrise encore son ombre, et l’envoie espionner. Il se rend compte que son ombre a une vie propre. Petit à petit l’ombre devient tout à fait autonome. L’histoire a une fin terrible, car l’homme se voit proposer de devenir l’ombre de son ombre…

Dans l’Egypte antique l’ombre (shouyt) est une des parties constitutives de l’homme. Elle est très importante, car elle est liée à la mobilité que l'être doit garder lors de son décès. Avec le bâ c’est l’ombre qui donne la liberté de mouvement au défunt. En Egypte, même les dieux (avatars) ont une ombre ! Et selon les Egyptiens, l’ombre ne quitte jamais l’homme. Ouf, nous voilà rassurés, tout le reste n’était que des histoires racontées lors de longues nuits d’hiver…

 

 

ombres aberrantes,dessin à la plume,eros,gay,shouyt,esprit contrariant,ombre

"Elfe commandant à son ombre fraîchement acquise", photo © Eric Itschert