17/05/2016

318) Traité de magie panique

Etude générale du grimoire offert par Iacchos

 

Corrigé le 31/08/2016

Début de l’histoire

 

 

traité de magie,magie panique,grimoire,racine d arbre,recettes,carré magique,sylphe,ingrédients,alchimiste,nombres,caput mortuum,brun de momie

‘Ce grimoire semble aussi vivant que les racines d’arbres que j’ai photographiées …’, photos © Eric Itschert

 

traité de magie,magie panique,grimoire,racine d arbre,recettes,carré magique,sylphe,ingrédients,alchimiste,nombres,caput mortuum,brun de momie

 

Les jours qui suivent la rencontre avec notre premier elfe, il pleut et il fait très froid. Un vent du nord souffle sans répit. Je mets ce temps à profit pour étudier, soir après soir, le grimoire déniché par Iacchos.

 

Je ne sais pourquoi, ce grimoire me fait penser à notre visiteur photographe : il est sans âge, il semble très ancien et relativement récent à la fois. Le fait qu’Iacchos ait trouvé ce grimoire à Lyon me rassure : cela éloigne le grimoire de tout rapport avec le photographe. Il y a peu d’indications quant à l’origine du grimoire. On doit se contenter du titre très abscons, écrit en belles lettres dorées à l’or fin : « Traité de magie panique ». Il n’y a aucune date. Ce grimoire est intriguant, il change d’aspect selon la lumière et le moment de la journée. Tantôt on a l’impression que c’est un très vieux livre, tantôt on dirait que c’est une copie récente d’un ouvrage plus ancien. Les enluminures en particulier sont belles mais présentent selon le moment de la journée des imperfections dues à un savoir perdu ou à des techniques nouvelles non maîtrisées. La langue utilisée est du français du 19ième siècle, mais le lecteur est tutoyé dans certaines parties manifestement plus récentes. Ce grimoire semble aussi vivant que les racines d’arbres que j’ai photographiées! Je ne sais comment aborder les recettes, c’est un vrai casse-tête.

Iacchos devine ma perplexité, je fourrage dans mes cheveux.

 

 

« - Lis d’abord la préface, il est toujours bon de commencer par le commencement.

- Tu l’as déjà lue ? Moi je lis rarement les préfaces car elles ne sont pas écrites par l’auteur même et je préfère me faire ma propre opinion d’un livre.

- Oui mais tu peux lire à partir du troisième alinéa à voix haute, l’entendre m’aidera à retenir ce beau passage.

- ‘La Lumière de l’Infini s’offre à la finitude des mondes. Ce grimoire nous apprend comment écouter des voix qui viennent d’ailleurs, depuis la grande symphonie des sphères célestes jusqu’à l’humble murmure des herbes mouillées et des arbres du chemin. Il nous apprend à écouter le rythme de notre cœur et la musique de celui des autres êtres, croisés dans nos existences successives. Il nous permet de tisser des liens de lumière entre nos cœurs. Ces liens ne sont-ils pas chemins d’accès à la tendresse, à la conscience et à l’amour ? Il nous apprend la générosité du temps que nous offrons à l’autre. Il change notre manière d’être au monde. Toute chose a un sens. Par notre travail sur nous-même, nous entrons dans l’harmonie et l’épanouissement. Et enfin chacun de nous rencontrera la vocation unique dont il est porteur’.

- N’est-ce pas un beau programme ?

- Cela me rassure, au moins ce n’est pas un traité de magie noire. Mais les recettes qui suivent ne me semblent pas à la hauteur du programme ?

 

 

traité de magie,magie panique,grimoire,racine d arbre,recettes,carré magique,sylphe,ingrédients,alchimiste,nombres,caput mortuum,brun de momie

'Les recettes qui suivent ne me semblent pas à la hauteur du programme…'

 

traité de magie,magie panique,grimoire,racine d arbre,recettes,carré magique,sylphe,ingrédients,alchimiste,nombres,caput mortuum,brun de momie

 

 

- Méfie-toi des apparences ! Il y a différentes manières d’aborder ce grimoire, mais cela serait une erreur de ne le voir que comme un merveilleux livre de poésie illustrée. Je l’aime bien car il s’agit de magie naturelle, encore appelée magie païenne.

- Le titre suivant est ‘Introduction’ et puis celui d’après est encore plus concis : ‘Mode d’approche’.

Je te relis un passage du mode d’approche, ici on passe au tutoiement et le style est différent. ‘Ce traité comporte 45 recettes au premier niveau, 45 au deuxième et 45 au troisième. Soit 135 recettes en tout. La vie t’amènera à choisir une recette particulière correspondante à une circonstance et à un désir précis. N’oublies jamais que l’origine de tout ce qui t’arrive est en toi-même. C’est donc en toi que tu dois d’abord en chercher la cause. Chaque recette pratiquée t’ouvrira à un nouveau domaine de compréhension.’

Ce grimoire ressemble à une compilation de livres plus anciens, il y a des parties imprimées et des parties manuscrites. Pourtant il en résulte un ensemble totalement cohérent et unique, dont on ne peut omettre un seul passage. C’est à l’image de notre monde visible : multiple, bigarré de couleurs et de senteurs différentes, presque chaotique à première vue et pourtant un, cohérent, ordonné. Il y a jusqu’à sa reliure qui souligne le côté monolithique et insécable du grimoire.

Certaines recettes de voyage sont fort étranges, je cite au hasard :

‘Pour ne point se lasser en marchant, pour ne pas être blessé, pour sembler être accompagné de plusieurs, pour trouver un arbre-passage, comment se faire aider par un sylphe (1), pour ouvrir toutes sortes de serrures sans clefs et sans bruit, comment posséder la puissance de faire, défaire et empêcher grâce à un galet magique, comment se rendre invisible pour les autres, comment chasser les serpents néfastes…’

- Tu vois, c’est à prendre comme un dictionnaire : cela ne se lit pas du début à la fin d’une seule traite, mais mot après mot selon les mots recherchés, autrement dit selon les circonstances et les nécessités !

- J’ai lu l’introduction, j’aime bien car cela correspond à mon envie d’inventivité. Mais l’avertissement me fait peur : ‘C’est toi qui fixe les règles du jeu. La vie jouera avec toi en utilisant tes règles à toi. As-tu oublié que c’est toi qui a choisi cette vie et toutes les autres ?’

- Eric, n’est-ce pas exactement la même-chose que ce que ton Christ dit ? Pardonnez et vous serez pardonné, ne jugez pas et vous ne serez pas jugé ? Frappez et on vous ouvrira, demandez et on vous donnera ? Je pourrais t’en citer plein de ce genre de règles dans les évangiles... Je te l’accorde, elles ne sont pas faciles à suivre. Mais une chose est claire : tu fixes les règles, ne te plains pas ensuite de la manière dont la vie te traite si tu ne choisis pas les bonnes règles.

- Ce n’est pas ‘mon’ Christ, je n’aime pas ce possessif ! »

Iacchos rit, il sait comment me faire réagir.

 

- Revenons à nos recettes : qu’en penses-tu ? Chaque recette utilise au moins un carré magique, un diagramme et un sceau ou talisman.

- Iacchos, ce qui me pose problème ce sont les ingrédients qui figurent dans ce grimoire. C’est comme en peinture, c’est incompréhensible pour les non-initiés. On ne s’improvise pas magicien, comme on n’apprend pas la peinture dans les livres. Moi je sais ce qu’est le ‘sang-dragon’ en peinture mais pour le profane cela ne signifie rien.


- Le sang-dragon ? C’est cette résine aussi utilisée en magie, attends…  je cite : ‘Sang-dragon. Base pour améliorer le pouvoir des autres encens. il augmente la puissance magique. Très bénéfique pour attirer l’amour. Il permet de chasser les démons. Il est utilisé dans la pharmacopée chinoise…’ Tu es peintre, et donc alchimiste. Tu es architecte, et donc versé dans les nombres. Tu te débrouilleras très bien !

- Bon, mon exemple est sans doute mauvais, je t’en donne un autre. Qui sait de nos jours ce qu’est le brun de momie ?

- Le ‘brun de momie’ appelé aussi ‘bitume’ en France était une couleur brune, très chaude, de rousse à rougeâtre pouvant virer au violacé. Avec le temps elle devenait brun presque noir. On l’obtenait en broyant des momies (2). Tu vois, je sais ce que c’est. L’important en peinture c’est la couleur et ses propriétés physiques, pas sa formule chimique en soi ! De même, l’important pour les ingrédients de magie c’est leur couleur, leur nature, le symbole qu’ils représentent. Bien sûr on n’y perd rien en ajoutant le bienfait de certaines plantes. On devra peut-être s’y prendre à plusieurs fois avant de réussir notre recette, car c’est le sens même de nos gestes et de nos paroles que l’on devra découvrir… »

 

 

traité de magie,magie panique,grimoire,racine d arbre,recettes,carré magique,sylphe,ingrédients,alchimiste,nombres,caput mortuum,brun de momie

'On l’obtenait en broyant des momies...' Gravure ancienne

 

 

alchimie,traité de magie,magie panique,grimoire,racine d arbre,recettes,carré magique,sylphe,ingrédients,alchimiste,nombres,caput mortuum,brun de momie

 

 

Lire la suite de l'histoire...

 

 

  • (1) Sylphe : un sylphe est un esprit de l'air. Paracelse décrit les sylphes comme des génies élémentaires de l'air. Le terme vient du latin ‘sylphus’ qui signifie ‘génie’. Lorsque le sylphe prend une apparence, elle est diaphane, grande, mince et dotée d'une merveilleuse beauté. Car le sylphe ou la sylphide peut prendre forme humaine pour approcher les hommes et se faire aimer d'eux. Le sylphe se trahit par une légère brise qui le suit où qu’il aille. On le dit curieux, doux, docte, subtil et bienveillant. Autrefois, on appelait le grenier ou les combles d'une maison la "sylpherie". Certains pensent que ce nom est simplement dû aux courants d’air dans ces espaces. Mais Littré raconte: "C'est dans ces hauteurs secrètes et mystérieuses, réceptacle de souvenirs de la maison rêveuse, que les derniers Sylphes entreposaient les vestiges de leur Âge d'Or". Les sylphes transcendent les beautés de la nature par le seul fait de leur présence. On raconte ainsi que, pour passer le temps, les sylphes sculptent les nuages pour leur donner des formes familières. Ils distribuent des dons et des rêves aux enfants humains élus aptes à maintenir et sauvegarder le trésor de la Beauté. Ils aiment inspirer les artistes et tout être versé dans la spiritualité.
  • (2) En réalité c’était le bitume et les résines de la momie qui donnaient ce ton brun si transparent et si particulier, les autres composantes de la momie ne jouant aucun rôle ! L’usage de cette couleur obtenue de manière immorale s’est trouvé désastreux pour les tableaux. Elle ne séchait jamais, migrait et finissait par noircir et craqueler. Des fabricants ont très vite remplacé les momies - difficiles à se procurer - par du bitume. Depuis lors on obtient une couleur avec des propriétés approchantes mais sans les inconvénients, avec du noir de fumée et des oxydes de fer transparents (terres naturelles, grosse granulométrie), d’où les propos de Iacchos. Il a été dit et écrit n’importe quoi sur cette couleur. La nouvelle mode est de prétendre qu'il n'y a pas trace de bitume dans les momies, or le contraire a été démontré par Jacques Connan, Professeur Honoraire à l'Université de Strasbourg (Laboratoire de Biogéochimie Moléculaire). Voir son ouvrage "Le bitume dans l'Antiquité" (Errance 2012). L’utilisation du bitume sur les momies est très ancienne et c'est de là que vient le terme 'momie'. D'autres prétendent qu'on peut remplacer le bitume par du caput mortuum ou "tête morte". Or l’étymologie latine du caput mortuum est tirée de l’alchimie. La signification veut dire "résidu dont on ne peut rien extraire". Le résidu est issu des dernières opérations d’une série et donne de l'oxyde de fer. Le caput mortuum a donc improprement été traduit par « tête morte », parce-que sa couleur approchait de celle du bitume ou « brun de momie ». De la momie on pensait avoir gardé la tête. Mais le "résidu dont on ne peut rien extraire" donne un oxyde de fer opaque, à granulométrie beaucoup trop fine car obtenue artificiellement, qui n’a, à part la couleur, rien à voir avec la transparence du brun de momie. Rajoutons encore que le noir de fumée permet de retarder le séchage de la couleur de remplacement du brun de momie, mais paradoxalement elle sèche encore trop vite (alors que la couleur originale au contraire ne séchait jamais entièrement). En effet, l'oxyde de fer accélère le séchage des huiles. Or, pour qu'un glacis soit bien uniforme il faut qu'il ne sèche pas trop vite.

 

 

Peut-être aimerez-vous aussi lire :

 

Cliquer sur les photos pour les agrandir :

 

 

 

maison la nuit151) Caractéristiques de ma peinture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

nageur nu,peinture,huile sur toile226) Une rencontre faite de lumière, de bleus et d’eau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sculptures,esquisse239) Esquisses miniatures