01/08/2014

273) Un modèle style manga...

... et un croquis au gré de la fantaisie

 

 

manga,croquis,dessin,style manga,papier canson,modèle,garçon nu,image,crayon,couleur,grapholexique du manga,bd japonaise

Dessin aux crayons de couleurs sur papier « Ingres » gris Canson, © Éric Itschert / Sabam

 

Un de mes modèles semble sorti tout droit d’un manga japonais. Il a un visage qui en rappelle le style. Son nez est très fin. Il est légèrement retroussé, et son bord inférieur est pointu. Bien sur ses yeux sont en amande, ses yeux et ses cheveux sont noirs jais avec des reflets bleutés.  J’adore ce garçon, si un jour je dessine une BD style manga jusqu’au bout il sera mon modèle le plus précieux !

 

Certains d’entre vous me demanderont ce que c’est qu’un manga ? C’est une bande dessinée japonaise. Le mot japonais « manga » peut être traduit par « image malhabile » ou encore « dessin non abouti ». C’est le peintre Katsushika Hokusai qui fera connaître ce mot en Occident, en publiant ses « esquisses rapides », « manga » en japonais. L’estampe est donc le précurseur du manga actuel. Bien sûr du temps de Hokusai on n’en est pas encore à la bande dessinée, cette dernière verra le jour au Japon en 1902. Il s’agit d’une histoire dessinée par Kitazawa dans les pages illustrées du supplément du dimanche du Jiji Shinpō.

J’aime les différentes traductions que l’on peut donner au mot « manga », celles que je préfère sont «image sans but», « image débordée », « dessin au fil de l'idée » et « croquis au gré de la fantaisie ». (1)

 

Le croquis est réalisé aux crayons de couleurs sur un papier à dessin vergé gris fabriqué par la papeterie Canson. Ce papier, destiné aux croquis, fait 100g/m2 et 24 X 32 cm. Il est garanti sans acide. La papeterie Canson lui a donné le nom de « Ingres Vidalon » et le vend en blocs.

 

(1) Au Japon le marché de la bande dessinée est un phénomène de masse qui touche la plus grande partie de la population citadine. Un manga se lit et puis bien souvent se jette, son format est celui d’un livre de poche chez nous. Le papier utilisé est bon marché, et pourtant il y a parfois de véritables chefs d’œuvre qui se glissent dans une production de masse souvent stéréotypée. Même le manga traduit en français garde son sens de lecture japonais : on commence par lire le livre à partir de « l’arrière » (2). Pour en savoir plus, lire « Culture manga » par Fabien Tillon aux éditions nouveau monde, et surtout l’excellent « Grapholexique du manga » aux éditions Eyrolles. Ce dernier livre est absolument indispensable pour comprendre les symboles graphiques de la BD japonaise...

(2) Ici-bas un pastiche d’un manga (cliquer sur les images pour les agrandir). Cette histoire d’amour entre deux garçons (genre yaoi), rédigée suite à un pari, n’est pas destinée à la publication. Kei vient de s’inscrire à l’université pour apprendre des langues étrangères. Il méprise pourtant les étrangers, jusqu’au jour où il tombe amoureux d’un Suédois. Je montre deux pages, et un schéma avec le sens de lecture des textes. Le manga possède plusieurs codes, j’en explique quatre :

- En 7 on voit une petite « croix » dans l’angle droit supérieur de la case : cela indique que le personnage (Kei ici) est énervé ou en colère. Cela n’a rien à voir avec la croix allemande, mais bien avec les veines qui se gonflent sous l’emprise de la colère. Ce signe n’est pas spécialement placé sur le personnage, il peut aussi être placé à côté de lui.

- Toujours en 7 on voit aussi une goutte symbolique sur le visage de Kei : c’est une goutte de gêne. Kei est donc gêné et en colère en même temps.

- En 8 on voit des petits ronds, et on entend le cœur de Kei battre violemment. Il passe d’un bouquet de sentiments à un autre ! Il est pris d’un sentiment d’émotion amoureuse très fort. Les ronds sont souvent remplacés par des « ogives de bonheur ».

- En 9 on voit des fleurs autour du personnage de Sven : elles indiquent son innocence et sa beauté. Bien sûr Sven n’est pas du tout innocent et ceci est à prendre comme une moquerie.

 

manga,croquis,dessin,style manga,papier canson,modèle,garçon nu,image,crayon,couleur,grapholexique du manga,bd japonaise

manga,croquis,dessin,yaoi,papier canson,modèle,garçon nu,image,crayon,couleur,grapholexique du manga,bd japonaise

manga,croquis,dessin,yaoi,papier canson,modèle,garçon nu,image,crayon,couleur,grapholexique du manga,bd japonaise

 Sens de lecture d'un manga. On commence par le "dos" du livre. © Éric Itschert / Sabam