09/06/2014

268) Trois travaux numériques...

...évoquant un monde parallèle.

 

illustration,monde virtuel,monde parallèle,māyā

« Oosteinde », © Éric Itschert / Sabam

 

Ces trois illustrations évoquent un monde parallèle au notre, légèrement décalé, et pourtant pas vraiment très éloigné. Les villes y sont plus parfaites et plus belles, elles ne sont pas abimées. Elles portent des noms proches des nôtres, mais pas exactement les mêmes. Les couleurs, les parfums, les goûts et les textures des paysages sont plus vifs, plus intenses. Tantôt les paysages se complexifient énormément tantôt ils sont réduits à leur plus simple expression, selon l’humeur du moment des êtres qui y résident.

 

 

illustration,monde virtuel,monde parallèle,māyā,illustration,monde virtuel,monde parallèle,māyā

 "Confidences sur la plage" © Éric Itschert / Sabam

 

Mais dans cet univers il y a aussi quelque-chose d’étrange, de lisse, auquel nous ne sommes pas habitués. Nous pouvons visiter ce monde dans nos rêves ou lors d’une séance d’hypnose, mais c’est difficile d’y rester en raison de son étrangeté. Ce monde peut être aussi déroutant qu’un rêve ; on y passe d’un lieu à un autre sans crier gare. On n’a pas nécessairement besoin de moyen de transport, l’âme peut décider où le corps va se poser. On n’a pas besoin de vêtements car la température est toujours idéale, sauf si on en décide autrement. Et si on porte quand-même des habits c’est en vertu d’habitudes prises dans une vie antérieure en un autre monde. Eh oui, « habitude » a la même racine que « habit ».

Techniquement ces illustrations sont entièrement virtuelles et ne correspondent à aucune réalité objective. Il n’y a aucun support matériel, ni papier ni peinture ni crayon. Je suis en train d’écrire des nouvelles qui se déroulent dans un monde parallèle et pourtant je sais que ces images n’illustrent pas le même monde parallèle. Elles sont inutilisables pour mes textes. J’ai fait récemment un splendide voyage dans l’ailleurs mais cet ailleurs ne correspond en aucune manière à ces illustrations. Prenons-les juste comme un jeu...

Une fois que le jeu cesse il n’y a plus rien d’autre que l’expérience. Prenons ce jeu comme évocation de माया, māyā, cette réalité changeante et insaisissable mais non fondamentale, qui nous sert à évoluer...

 

A la semaine prochaine ! 

 

illustration,monde virtuel,monde parallèle,māyā

"Vive la liberté" © Éric Itschert / Sabam