01/12/2015

297) La lecture inachevée

Un tableau à l’acrylique

 

peintre belge,contemporain,lecture inachevée,acrylique,surréalisme,camille de taeye

« La lecture inachevée », tableau à l’acrylique sur toile, 60 cm X 60 cm, photo © Eric Itschert

 

 

La peinture acrylique

 

Dans une de mes notes précédentes (295 Etude à l’huile d’un jeune homme) j’exprimais quelques réticences par rapport à la peinture acrylique. En ajoutant qu’il y avait moyen de donner beaucoup de richesse à un tel moyen d’expression par l’utilisation de glacis et/ou de hachures.

Cela ne m’empêche pas d’utiliser aussi ce médium pour m’exprimer. Je vous montre cette semaine un tableau réalisé à l’acrylique. En plus des glacis d’ensemble j’utilise ici des frottis très délicats pour le corps du jeune homme. Ce tableau fait partie de ma série des « intimistes ».

 

 

La série des intimistes : une veine difficilement exploitable

 

Actuellement j’explore deux directions : l’eau, les déformations des corps et les reflets de lumière dans des piscines, et la peinture intimiste qui fait l’objet d’une deuxième veine de recherches.

En ce qui concerne la première veine explorée, une exposition est prévue en solo dans ma galerie l’année prochaine.

La série des intimistes est actuellement difficilement montrable. Elle contient une charge érotique intense. Je suis obligé de censurer la majeure partie de cette série tant en galerie (en raison du type de public la fréquentant) que sur mon blog. Ce dernier doit rester accessible à tout le monde.

« La lecture inachevée » est un des rares tableaux qui échappe à cette censure, car autocensuré. Il a été montré lors de ma dernière exposition de groupe dans la galerie.

 

 

Encore un pari… à moitié perdu !

 

Peintre belge contemporain, je baigne dans le surréalisme permanent propre à mon pays. Delvaux et Magritte ne sont jamais loin, Broodthaers et Camille De Taeye non plus. La Belgique en soi est déjà un pays fondamentalement (de fondement, fondation…) surréaliste, avant la lettre.

« La lecture inachevée » propose plusieurs niveaux de lecture. Mon modèle est en train de lire. Forcément sa lecture est inachevée, voilà une belle tautologie qui rentre si bien dans le cadre de l’art contemporain mondain. Pour que sa lecture soit achevée, il faudrait qu’il ait fermé le livre. Afin d’éviter qu’il achève sa lecture, il faut forcément arrêter la peinture du tableau à temps, au risque d’avoir un tableau inachevé.

On peut voir les choses autrement. N’ayant pas achevé son livre auquel le garçon a un peu trop tendance à s’identifier (1), le sens du texte est entrée dans l’esprit de ce dernier (intellect), le cœur aussi mais pas encore dans ses pieds. Le vécu concret de ce qui a été lu n’a pas encore eu lieu.

Lorsque des proches ont vu le projet évoluer, ils ont ri et parié que je n’arriverais jamais à laisser ce tableau inachevé. A l’exposition j’ai présenté le tableau parfaitement inachevé. Paradoxe tout aussi propre à l’art contemporain, car ce qui est inachevé peut-il être parfait ? Une fois le tableau retourné à l’atelier, je n’ai pas pu résister et ai achevé un peu plus le tableau…

 

La semaine prochaine : plus sur la composition du tableau

 

 

(1)    Une question identique sur le lien qu’il peut y avoir entre le lecteur et le livre se pose dans l’aquarelle « Faune apprenant un charme puissant, 2 » où un grimoire est l'émanation d’un griffon…

 

 

 

Si vous avez aimé cette note, vous aimerez peut-être aussi :

 

Cliquez sur les photos ici-bas pour suivre les liens :

 

peintre belge,contemporain,lecture inachevée,acrylique,surréalisme,camille de taeye288) Le faune et le griffon

Un grimoire qui se révèle être une émanation d’un griffon

 

 

 

 

 

 

 

 

peintre belge,contemporain,lecture inachevée,acrylique,surréalisme,camille de taeye262) Garçon tatoué

Une autre œuvre de la série des intimistes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

peintre belge,contemporain,lecture inachevée,acrylique,surréalisme,camille de taeye260) Jeune homme dans un fauteuil

Pose dans un fauteuil…