01/12/2011

198) « Méditation », peinture à l’huile sur toile de lin

La composition d'une toile

 

piscine,fille nue,méditation

« Méditation », peinture à l’huile sur toile de lin, 70cm x 70cm, © Eric ITSCHERT

 

Je suis toujours amusé lorsque je lis des gloses savantes sur la composition de toiles abstraites géométriques, comme si c’était la première fois dans l’histoire de la peinture qu’on se penchait sur le rapport entre géométrie et couleur.

Bien sur la composition d’une toile peut se faire de manière inconsciente, c’est du à la qualité intuitive de beaucoup d’artistes. Certains peintres seraient étonnés que l’on retrouve le nombre d’or dans la composition d’un de leurs tableaux et pourtant c’est le cas.

On peut aussi composer une toile de manière plus calculée, on utilise alors des règles établies. Cela ne s’applique pas que dans la peinture abstraite ou figurative, il existe aussi pas mal de règles qui font école pour la composition d’une photo.

meditation-piscines-7b.jpgDans mon cas mes compositions se construisent le plus souvent intuitivement. Par exemple, lorsque j’analyse ce tableau « Méditation » de ma série des piscines, je remarque qu’il y a des constantes par rapport aux autres tableaux de cette série. Pour qu’un tableau soit équilibré et qu’aucune couleur ne semble dominer, il faut paradoxalement mettre plus de bleu, moins de rouge et encore moins de jaune. Les compositions de départ de ce tableau tournent autour des gris (non-couleur), d'un gris bleuté et des bleus, avec une bande de jaune pour mieux mettre le bleu en valeur et une plage de lumière blanche pour rehausser les ombres et interrompre l’harmonie (vignette du dessus). On garde une impression de paix bien que l’équilibre géométrique soit rompu par la tache de lumière. meditation-piscines-6b.jpgEnsuite vient le personnage, que j’aime souvent peindre dans des bruns légèrement orangés (rouge et jaune) ou même rougeâtres (vignette du milieu). C’est par le personnage qu’il y a irruption du rouge dans la composition alors que cette couleur en est totalement absente par ailleurs. On pourrait exprimer ceci autrement : c’est par sa couleur que le personnage s’impose, même si les ombres et les lumières retravaillées viennent ensuite atténuer le contraste de départ (vignette du bas). Le personnage vient comme un pendant à la plage de lumière vive, il vient rétablir l’équilibre rompu.

La fille est venue chercher l’ombre car la lumière et la chaleur semblent trop fortes pour elle. On peut imaginer la fraîcheur relative de l’ombre et de l’eau par les couleurs froides. Les tons chauds donnés à la fille évoquent alors la chaleur de sa peau et de son corps répondant à celle de la lumière vive…


meditation-piscines-1b.jpgEn conclusion, on peut dire que rien n’est plus facile que d’écrire sur un tableau, qu’il soit abstrait ou non, mais qu’un tableau figuratif peut aisément s’en passer car il parle de lui-même alors qu’une œuvre conceptuelle ou abstraite géométrique ne pourrait exister sans gloses et mises en valeur (au musée, en galerie,…)  c.q.f.d.     :D