29/11/2010

177) Bilan de l’exposition ‘Eclectisme(s)’

... et la résolution de l'énigme posée dans mes notes techniques.

 

 

Fayla-2010-b67.JPG

 

 

Photos copyright Eric Itschert/Sabam

 

 


autoportrait-nu-N2-b25.JPGCette fois encore il y a eu beaucoup de monde à l’exposition et le vernissage fut un véritable succès (1). Les visiteurs ont étés huit à avoir résolu l’énigme posée dans 
« Du cœur à la périphérie » et  « L'insoutenable légèreté du numérique » : le document source de la série des autoportraits N2 représentée ci-bas est une photo polaroïd. Le tableau à l’huile prend sa vraie dimension quand on le voit  de plus haut, à peu près du même angle que celui qu’avait l’appareil lors de la photo. Or dans la galerie il était possible d’obtenir le bon angle en montant la dernière volée d’escaliers vers l’étage de la galerie. Je parle de ces déformations de perspective dans mon article sur le David de Michel-Ange. Elles peuvent aussi bien être reproduites en sculpture qu’en peinture.

 

 

 

autoportraits-b64.JPG

 

 

L’exposition permit aussi de revoir une partie de la série des Icares, présentée à l’étage cette fois. Il est question de faire publier cette série dans son entièreté.

 

 

 

Fayla-2010-b52.JPG

 

 

 

 

ange-b51.JPGDans l’article suivant je ferai aussi le bilan en ce qui concerne le média Internet.

 

 

(1) Cette affluence à la galerie est d’autant plus remarquable que les milieux culturels mondains se sont tus dans toutes les langues sur l’événement. Et à part une critique d’art belge d’un certain âge ayant marqué sa ferme intention de venir, aucun des critiques d’art des nouvelles générations n’ont eu ne fut-ce qu’une simple curiosité pour l’exposition. De plus, le tandem Fayla and Peter apporta à peine plus de visiteurs que la Galerie Fayla l’année précédente.