12/05/2014

264) Photos : nature presque morte

Triptyque, « La naissance du premier œuf »

 

 

l œuf ou la poule,nature morte,photo,blague,samuel butler,jésuite,elohim

l œuf ou la poule,nature morte,photo,blague,samuel butler,jésuite,elohim

l œuf ou la poule,nature morte,photo,blague,samuel butler,jésuite,elohim

Triptyque, photos. Les panneaux sont présentés l'un à coté de l'autre et non comme ici l'un au-dessus de l'autre. © Éric Itschert / Sabam

 

 

Voici enfin la réponse à cette question qui a obsédé des générations d’hommes : qu'est-ce qui est apparu en premier, l'œuf ou la poule ? (Paradoxe dit « de l'œuf et de la poule »).

C'est l'œuf qui est apparu en premier et pas la poule ! Mais alors qui a pondu cet œuf? Indirectement un animal marin, car toute vie sur terre provient de la mer, selon les théories évolutionnistes.

Mon triptyque illustre avec humour cette réponse (qui, vous le remarquerez, n'en est pas vraiment une).

L'œuf de poisson est antérieur à la poule, mais ce n’est pas encore pour cela qu’on parle d'un œuf de poule. Les dinosaures, plus récents que les poissons, pondaient des œufs amniotiques (œufs entourés d'une coquille, contenant un jaune -vitellus- et un blanc –albumine-). Or certains dinosaures ont ensuite évolués en oiseaux, dont proviennent les poules.

 

Quand le paradoxe relève de la blague, c'est logique de répondre par une autre blague. A la question « qu'est-ce qui est apparu en premier, l'œuf ou la poule ? », voici quelques réponses que j’aime bien :

- « Les deux en même temps, comme cela la poule peut couver l’œuf et s’occuper ensuite du poussin éclos ».

- « La poule est seulement un moyen pour l’œuf de faire un autre œuf » (boutade attribuée à Samuel Butler). D’où la saillie d’un scientifique cynique dont j’ai oublié le nom : « L’homme n’est qu’une longue parenthèse qui sert à la reproduction d’œufs et de spermatozoïdes ». 

- en s’inspirant de l’Egypte antique : « Amon (1) créa deux poussins et les plaça sur le mont émergeant des eaux primordiales ».

- en s’inspirant de la Torah (en hébreu תּוֹרָה, « instruction ») : « Ni l’œuf ni la poule, mais le coquepoule, et Elohim (2) créa ensuite la poule à partir d'un de ses côtés (3) ».

- de manière jésuite (4) : « De quel œuf parles-tu ? D’un œuf pondu par une poule, ou d'un œuf qui donne naissance à une poule ? » Ici on contourne le paradoxe par de nouvelles définitions : dans le premier cas, c'est la poule qui précède, dans le second cas c'est l'œuf. 

- à la manière d’un alchimiste du Moyen Age (5) : « Comme un cercle n’a ni début ni fin, de même entre l’œuf et de la poule il n’y a ni premier ni dernier. » 

- de manière politicienne : « c’est l'œuf qui vient en premier... dans la question ». Ou comment noyer le poisson tout en ne répondant pas à la question.

- à la manière consumériste d'un enfant d'une ville riche du XXIème siècle: « c’est l'œuf qui a été fabriqué en premier, on peut l’acheter dans des boîtes en carton au supermarché. Maman m’a dit que si on couve un œuf il peut en sortir un poussin, et si on donne à manger au poussin il peut devenir une poule. Mais tout cela prend du temps et on va acheter des poules toutes prêtes au supermarché. Cela fait plein de temps récupéré : moi je peux jouer sur ma PlayStation et maman peut aller chercher un nouveau papa sur Internet ! »

 

 

Enfin voici une perle journalistique. C’est paru dans « Le Vif l’Express ». Des fois je me demande si un des critères de recrutement des journalistes n’est pas basé sur leur manque d’esprit critique : voici l'article

Ici il s’agit de créer un buzz à partir d’une information à l’origine probablement très scientifique, mais en visant complètement à côté de la plaque en ce qui concerne son décryptage. 

 

(1) Amon, « Celui qui est caché », était pour certains Egyptiens le Neter des neterou, le Dieu des dieux, les dieux n’étant que les avatars du Dieu unique.

(2) Elohim, « Lui-les dieux » selon la traduction de Rav Askénazi, est une des désignations de Dieu dans le Judaïsme. Le « nom » de Dieu ne peut pas être prononcé et s’écrit sous forme du Tétragramme YHWH.

(3) YHWH (Dieu) crée Eve d’un côté d’Adam, et non comme il nous était stupidement enseigné dans les écoles catholiques d’une côte d’Adam ! Cette histoire de côté rejoint celle de Platon, où l’homme primordial, masculin et féminin à la fois, est coupé en deux. Si l'androgyne est si mal vu à notre époque, c'est parce qu'il suscite en nous l'envie d'un état antérieur...

(4) Les jésuites (membres d’un ordre religieux catholique) sont de véritables orfèvres en ce qui concerne la malhonnêteté intellectuelle ! Au collège, j’ai encore du apprendre la « preuve de l’existence de Dieu » par un raisonnement stupide : « le monde ne s’est pas créé tout seul. Donc c’est Dieu qui l’a créé. » Je me suis fait très mal voir en demandant : « Oui mais alors qui a créé Dieu ? » On en revient à l’œuf et à la poule...

Les « Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola » présentent des exemples de casuistique (domaine de la théologie qui traite des cas de conscience) particulièrement tirés par les cheveux. Heureusement les jésuites nous ont aussi donnés le contrepoison avec le poison : le sens critique. Je leur suis reconnaissant entre autres pour cela. La scolastique est une vaine et absurde perte de temps.

Elohim s’éprouve (ou pas), Il ne peut s’aborder ni par le raisonnement ni par l’intellect. Le raisonnement aura tendance à opposer les religions, celui qui éprouve aura tendance à voir tout ce qui est commun entre les religions. Le raisonnement sera dans le dualisme, celui qui éprouve verra le troisième terme au-delà des paradoxes...

(5) La question elle-même aurait été une ancienne blague d’alchimiste, du temps où remettre en cause les écritures ou même simplement s’interroger sur leur interprétation était un crime puni de mort.