04/02/2008

63) Abrégé de mythologie crétoise et grecque (1).

63) Abrégé de mythologie crétoise et grecque (1).

 

Voir n° 48 avant de lire ce texte.

 

A) THESEE, LA FORCE BRUTE.

 

icare23 001

Ci-dessus : dessin reproduisant une fresque de Cnossos (v. 1600 av. J.-C.).

 

Ci-dessous : résumé d’arbre généalogique.IMG_0010

 

 

Dans la mythologie grecque, le roi de Crête Minos a, comme beaucoup de rois, une origine divine : il est fils du dieu Zeus et de la mortelle Europe.

Toute l’histoire de la civilisation minoenne (IIe millénaire av. J.C.) se place sous le signe du taureau ! Europe est en train de cueillir des fleurs avec des amies au bord de la mer. Zeus surgit sous forme d’un magnifique taureau d’un blanc éclatant comme neige.  Europe se laisse apprivoiser, monte sur le dos de ce taureau vers lequel elle se sent attirée.  Zeus, lui, est amoureux d’elle mais souhaite aussi l’attirer loin du regard d’Héra, sa femme jalouse.  Il l’enlève donc, nageant jusqu’à l’île de Crête où enfin il peut la couvrir.

De cette union naissent trois fils, Minos, Rhadamanthe et Sarpédon. Ensuite Europe épouse Astérion, le roi de Crète, qui a la bonté d'âme d'adopter ses fils, et dont elle a une fille, Krètè. Pour conforter son pouvoir, Minos demande au dieu Poséidon d’envoyer un signe au peuple sous forme d’animal qu’il promet de lui sacrifier ensuite. Alors sort de l’écume de la mer le plus beau taureau blanc que l’on n’ait jamais vu, au jarret fort et à la musculature puissante.  Par ce signe l’origine divine de Minos est soulignée. Cela rappelle les cérémonies égyptiennes autour du taureau sacré Apis.  Cependant Minos trouve le taureau si beau qu’il décide de le garder et de sacrifier un autre taureau à sa place.  Il peut tromper le peuple mais pas le dieu des mers.  Poséidon se venge en inspirant à Pasiphaé, la femme de Minos, une passion dévorante pour le taureau.  La reine demande à Dédale de l’aider, et ce dernier lui construit une vache de bois et de peau dont l’intérieur est creux.  Pasiphaé se glisse à l’intérieur du simulacre et parvient ainsi à réaliser son ardent désir de se faire monter par le taureau.  Malheur à elle car de cette union nait le Minotaure, monstre à corps humain et à tête de taureau que l'on appelle Astérion comme le beau-père du roi Minos. Le Minotaure a la charmante habitude de se nourrir de chair humaine. Pour éviter le scandale et la honte, Minos ordonne à Dédale de construire à Cnossos un labyrinthe où le Minotaure resterait perpétuellement enfermé.

 

Le Minotaure est demi-frère des huit enfants du roi et de la reine qui sont Ariane, Phèdre, Deucalion, Androgée, Glaucos, Catrée, Acacallis et Xénodicé. Lors d’une visite qu’il fait au roi athénien, au moment des panathénées, Androgée est tué. (Dans une autre version, Androgée, fils ainé et alors fils unique du Roi Minos, est invité à assister à une expédition athénienne consistant à capturer un taureau. Le taureau tue l’adolescent.) Minos juge Athènes responsable de la perte de son fils bien aimé et, ivre de douleur, lui réclame un tribut tous les quatre ans. (Selon d’autres versions tous les ans, ou encore tous les neuf ans…) Les Athéniens doivent lui envoyer en Crète les sept plus beaux adolescents et les sept plus belles adolescentes de la cité pour les donner en pâture au Minotaure.

 

 

thesee_minotaure_b002

Ci-dessus : Thésée combattant le minotaure, dessin d’après un péliké attique à figures rouges (+- 480 av. J.-C.)

 

Une année, Thésée est envoyé parmi les sept jeunes hommes. Il est fils d’Egée, roi d’Athènes. Ariane en tombe amoureuse, prend conseil chez Dédale et offre une pelote de fil de laine à Thésée pour retrouver son chemin dans le labyrinthe.  Thésée, dans son combat contre le Minotaure, le tue avec grande violence puis ressort du labyrinthe grâce à la piste du fil déroulé depuis l’entrée.  Sans ce moyen Thésée et les autres athéniens seraient morts égarés dans le labyrinthe.

 
Pour toute reconnaissance envers Ariane, il abandonne cette dernière sur l'île de NAXOS…

 

egyptologie 014

 

Ci-dessus : Thésée combattant le minotaure, dessin d’après une céramique grecque (+- 440 av. J.-C.)